Sélectionné pour vous :  Labé : la campagne agricole 2024-2025 lancée par les autorités 

Conakry: le Général Amara lance les premières épreuves du Bac au collège Hadja Mafori Bangoura

Les premières épreuves du Baccalauréat Unique sont lancées ce samedi, 22 juin 2024, en Guinée. Au centre Hadja Mafori Bangoura, c’est le ministre Secrétaire général à la Présidence qui a présidé la cérémonie de lancement. Le Général de Brigade Amara Camara, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a tout d’abord fait le tour des salles d’examen où il a prodigué des conseils aux candidats, en les invitant à travailler dans la sérénité.

Après avoir donné le coup d’envoi de la première épreuve, le Général Amara Camara s’est réjoui des efforts du chef de la junte guinéenne dans le secteur de l’éducation.

« Il était question de leur souhaiter bonne chance aux examens, leur passer l’encouragement, le soutien et les bénédictions du chef de l’État, mais aussi de l’ensemble du gouvernement. Des conseils leur ont été prodigués par rapport à la gestion de leur stress personnel, également à la façon dont ils devraient aborder les examens pour que tout se passe très bien. Le mieux pour nous, c’est qu’il y ait le plus grand nombre de candidats admis aux examens de cette année. Je profite de l’occasion pour féliciter tous ces apprenants qui, dans leur regard, ont beaucoup de convictions, la force de la détermination d’aller au bout de ces épreuves. L’occasion est aussi opportune de dire merci à tout ce qui est corps d’encadrement et enseignant, de Conakry à la préfecture la plus reculée de la Guinée. Je félicite également le département de tutelle pour la mise en application de la vision éclairée du chef du gouvernement », a t-il martelé avant de poursuivre :

« Je rends un hommage particulier au chef de l’État qui, dans sa vision de la transition, a mis la question de l’enseignement sous l’axe social. Au nom de cet axe social, beaucoup d’efforts ont été faits. Des dispositions ont été prises d’année en année pour améliorer les conditions d’apprentissage et le traitement du corps enseignant, surtout faire en sorte que l’excellence soit au rendez-vous. Donc, ces jeunes qui sont en train de travailler aujourd’hui vont bientôt franchir l’étape de l’enseignement pré-universitaire et entrer dans la catégorie de l’enseignement supérieur. Toutes les mesures sont mises en place également pour les recevoir pour que leur apprentissage se passe très bien dans l’intérêt supérieur de la Guinée. Le chef de l’État, dans sa gestion de l’État, a fait preuves d’ouverture dans la concertation et a permis d’avoir une année académique très apaisée. C’est ce qui nous a permis d’aborder sereinement ces épreuves aujourd’hui, qui permettront très certainement d’avoir des résultats beaucoup plus améliorés que l’année précédente et celle d’avant. Tout ça pour vous dire que le chef de l’État est à l’écoute de l’ensemble des préoccupations des populations, mais surtout des préoccupations du monde de l’enseignement qui représente à coup sûr l’avenir de ce pays », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Procès du 28 septembre : le commandant Toumba Diakité malade, l'affaire renvoyée...

Présent à cette cérémonie de lancement, le secrétaire général du ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire Youssouf Boundou Sylla, a laissé entendre que le caractère apaisé pendant les épreuves du Bac est de mise.

« J’ai un sentiment de satisfaction, l’éducation est l’une des priorités majeures du président de la République, des autorités de la transition. Depuis l’avènement du 5 septembre 2021, le président de la République a mis l’éducation au cœur de toutes les réformes puisque ça répond au cas social. Cette année, nous avons voulu avoir des examens apaisés pour que les enfants puissent les aborder en toute sérénité et ne restituer que ce qu’ils ont appris en classe. Comme l’a dit le Général Amara Camara, les programmes ont été enseignés, les sujets ont été choisis sur la base des programmes enseignés. Nous sommes convaincus que les enfants seront à la hauteur avec une très grande sérénité pour restituer ce qu’ils ont déjà appris en classe. Nous voulons aller vers les examens apaisés, le slogan tolérance zéro, nous n’avons pas voulu l’employer cette année. Les enfants savent ce à quoi ils doivent s’attendre. Nous avons eu des partenaires qui s’occupent de la sécurité, des acteurs sociaux qui nous accompagnent dans le système puisqu’ils assurent aussi la supervision. Donc, l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus a fait réellement son travail. C’est pourquoi, nous sommes arrivés à ces résultats aujourd’hui. Sur le visage des enfants, on sent un message d’espoir et nous sommes convaincus qu’ils seront à la hauteur des attentes », a-t-il martelé.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Tél. : 627 56 46 67  / 660 23 01 03 

E-mail : souaremohamedlamine56@gmail.com

Laisser une réponse
Share to...