Sélectionné pour vous :  Réformes Judiciaires : Charles Wright l’éternel incompris

Matoto : le nouveau président de la délégation spéciale veut faire de sa commune « la plus propre de Conakry »

Il l’a dit ce samedi, 04 mai 2024, à l’occasion de la journée Civique d’assainissement qui se tient chaque premier samedi du mois. Pour sa première sortie dans le cadre de l’assainissement, Moussa Diallo, président de la délégation spéciale de Matoto et son équipe étaient au rond-point de Sangoyah. Là-bas, ils ont curé les caniveaux avant de transporter les ordures à la décharge de Dar-es-Salam.

Pour la circonstance, le président de la délégation spéciale de Matoto a affiché ses engagements dans le but de rendre sa commune la plus propre de la capitale.

« Nous voulons que Matoto soit une commune très propre. Une commune exemplaire sur laquelle les autres communes vont prendre l’exemple. Y a assez de choses à corriger. Donc, il faut se mettre à l’œuvre. Nous sommes là pour donner l’exemple aux citoyens. Leur dire qu’on ne jette pas les ordures dans la rue. L’assainissement occupe la première place dans ma commune. L’être humain n’est pas fait pour vivre dans la saleté. Aux citoyens de la commune de Matoto, de suivre les recommandations de l’Agence nationale de l’Assainissement et de la Salubrité Publique et de donner le bon exemple. Mon objectif, c’est de faire de la commune de Matoto, la commune la plus propre », a-t-il lancé.

À notre micro, Sékou Keita, président de la coordination nationale des acteurs d’assainissement de Guinée a fait quelques propositions de solutions.

« Au lieu qu’on ne continue à organiser des journées d’assainissement, il faut gérer les déchets à la base. Une fois que les déchets sont mieux gérés à la base, on ne va pas se retrouver dans cette situation. Au lieu de dépenser des millions de francs guinéens pour l’assainissement des mairies qui coûte cher à l’État, il faut subventionner les PME de pré-collecte qui sont actuellement dans tous les quartiers pour ne pas que les déchets arrivent au bord de la route. Après la sensibilisation, il faut sanctionner les ménages qui ne s’abonnent pas parce que si vous voyez les déchets dans la rue, c’est parce qu’il y a des ménages qui ne sont pas abonnés », indique le président de la coordination nationale des acteurs d’assainissement de Guinée.

Sélectionné pour vous :  Immersion dans l'univers des DJ à Conakry: "On est abandonnés à nous-mêmes, aucun soutien de l'État guinéen"

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...