Sélectionné pour vous :  Kouyaté s'attaque à l'union sacrée : "Sacré ou hyper sacré, si c’est pour envoyer les gens marcher et qu’on tire sur eux, on n’en veut pas"

Menaces de Charles Wright contre les magistrats grévistes : « Ce ne sont pas ces menaces qui peuvent nous faire reculer » (porte-parole AMG)

Les magistrats de Guinée sont en débrayage depuis le 17, août 2023. Cette grève impacte considérablement les Cours et Tribunaux du pays. Dans une de ses sorties médiatiques, le ministre de la Justice et des Droits de l’homme a tenu à envoyer un message ferme à ces magistrats grévistes. Alphonse Charles Wright avait prévenu que tout magistrat qui suivrait ce mouvement sera considéré comme celui qui a abandonné son poste et qu’il tirerait toutes les conséquences qui s’imposent.

De leur côté, les magistrats de Guinée restent droit dans leurs bottes. En conférence de presse ce vendredi, 1er septembre 2023, l’Association des Magistrats de Guinée (AMG) a laissé entendre qu’il n’est pas question de reculer face à ces menaces du Garde des Sceaux.

« Nous avons pris acte de ces menaces. Nous sommes aujourd’hui le premier jour de la rentrée judiciaire, je pense que quasiment tous les magistrats de Guinée seront suspendus. Dans les jours à venir, vous verrez peut-être dans la presse encore, malheureusement, des actes de suspension de l’ensemble des magistrats de Guinée. Parce que pour nous, ce combat que nous menons n’a rien à voir avec un individu. Nous sommes dans une logique. Si ce mouvement est considéré comme un abandon de poste, le ministre peut tirer les conséquences qu’il peut. Nous sommes dans une logique, nous ne considérons pas ces menaces. Nous l’avons réitéré à plusieurs reprises, ce ne sont pas ces menaces qui peuvent nous faire reculer. Ce qui peut nous faire reculer, c’est la satisfaction des revendications que nous avons portées. Au-delà, nous ne voyons pas ce qui peut nous faire reculer, en tout cas pas ces menaces », a indiqué le juge Magloire Théo Kouadjo, porte-parole de l’AMG.

Sélectionné pour vous :  Prochaine rentrée universitaire : le MESRI compte orienter des bacheliers à l'ISFAD

L’association des magistrats de Guinée a, d’ailleurs, décidé de mettre le pied sur l’accélérateur en projetant un sit-in devant la Cour suprême de Guinée et une marche à Conakry pour exiger le respect de l’indépendance de la justice.

En outre, ces magistrats disent disposés à tout moment à aller sur la table de négociation avec le département de la justice dans le respect des textes et des lois qui régissent la profession.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...