Sélectionné pour vous :  Siguiri: un jeune orpailleur retrouvé mort dans sa chambre, à Setiguiya

Fête de Tabaski en Guinée : le mouton vendu au prix de bœuf à certains endroits de Conakry 

Les fidèles musulmans de Guinée à l’instar de leurs coreligionnaires s’apprêtent à célébrer dans quelques jours la fête de Tabaski ou fête du mouton. Mais sur le marché, le constat révèle que cette année encore le prix du mouton est à la hausse, au grand dam des fidèles dont la plupart pour s’offrir une bête, sont obligés de débourser jusqu’à 4 000 000 de francs guinéens. C’est le constat fait ce mercredi, 12 juin par un de nos reporters au parc à bétails de Yimbaya, situé dans la commune de Matoto.

Rencontré sur les lieux, Mamadou Barry, vendeur de mouton a expliqué les prix qui, selon lui, sont fixés en fonction de la taille et du poids des bêtes.

« Nous achetons les gros moutons parfois à 1 800 000 ou 1 900 000 gnf et nous revendons à 2 200 000 jusqu’à 2 800 000 de francs guinéens. Les moutons de chez nous (locaux) et ceux du Mali qui sont les plus gros, sont négociés entre 2 900 000 à 4 000 000 gnf, selon le poids de l’animal », dit-il.

Ces prix sont jugés exorbitants par de nombreux clients. C’est le cas de Ousmane Sanoh.

« Cette année, le prix est trop cher. Dire qu’un seul mouton coûte 3 000 000, 4 000 000 de francs guinéens. Mais, où on va ? C’est le prix d’un bœuf ça. Ce n’est pas tout le monde qui peut avoir cette somme », s’alarme-t-il.

De leur côté, des vendeurs de Yimbaya expliquent cela par plusieurs facteurs.

« Nous payons les locaux pour pouvoir y rester jusqu’à la fin de la fête de Tabaski puisque c’est le moment où nous faisons plus de marché. Et, il nous a fallu saisir le chef de quartier pour pouvoir nous installer ici. Et, ça implique un autre financement pour pouvoir nous installer ici. Nous prenons parfois à Dinguiraye, Labé, kindia ou à Télémélé. Nous sommes confrontés à la défectuosité de la route et surtout nous subissons la tracasserie routière vis-à-vis des corps habillés. Nous sommes contraints de déplacer un policier qui va nous escorter le long du trajet et nous devons le payer », a martelé Mamadou Barry.

Sélectionné pour vous :  Un nouveau-né retrouvé mort dans les toilettes à Siguiri: un médecin légiste de l'hôpital préfectoral parle d'une mort suspecte

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

622750332

Laisser une réponse
Share to...