Sélectionné pour vous :  Financement du processus de retour à l'ordre constitutionnel: le ministre Mory Condé donné des nouvelles 

Front anti glissement du calendrier de la transition : le parti d’Étienne Soropogui ne se reconnaît pas

A peine mise en place pour contraindre la Junte guinéenne d’organiser les élections pour passer le pouvoir aux civils, le front anti glissement du calendrier de la transition se heurte à quelques soucis. Si ce mouvement appelé union sacrée se dit être composé de partis politiques, coalitions politiques et organisations de la société civile, d’autres par contre se disent qu’ils ne s’y reconnaissent pas. C’est le cas du parti « Nos valeurs communes » dirigé par Étienne Soropogui.

Seulement quelques heures après la mise en place de ce front qui menace de demander le départ de la junte si celle-ci ne respecte pas le délai des deux ans défini pour la transition, le parti « Nos valeurs communes » sort une contre déclaration pour se désolidariser du mouvement. Le parti d’Étienne Soropogui fustige d’abord un manque de courtoisie et de respect à son égard.

« Nous considérons que cette annonce faite tard la nuit pour un évènement aussi important, prévu pour se tenir le Matin à 09h00 est à la fois un manque de courtoisie, de respect, de considération et d’élégance à notre égard…Nous considérons, que le fait de refuser délibérément de mettre en débat au sein de la coalition, un sujet aussi important, constitue une faute lourde et grave pouvant avoir des implications assez sérieuses sur l’avenir de notre coalition.

Surtout qu’il s’agit de se prononcer sur des mesures d’une extrême importance qui engagent notre avenir à tous », a-t-il dénoncé tout en laissant entendre qu’il ne se reconnaît pas dans cette nouvelle alliance.

« Sur le principe, nous sommes tous d’accord pour dire que cette transition doit nous conduire vers le retour à la normalité constitutionnelle aux travers la tenue d’élections libres et transparentes. Cependant, dans cette quête et conquête obsessionnelle du pouvoir, nous devons veiller à ce que notre lutte pour la démocratie et l’Etat de droit ne soit pas dévoyée et qu’elle soit compréhensible vis-à-vis de nos compatriotes. Parfois, les Guinéens éprouvent des difficultés à nous cerner tellement que certains de nos actes et agissements sont truffés de contradictions et d’incohérences. Cette énième coalition n’aura d’autre avenir que de se désintégrer tout simplement parce que les motivations intimes de la plupart de ses membres sont aux antipodes avec celles annoncées officiellement. Pour notre part, nous disons, ne pas nous reconnaître dans cette nouvelle alliance politique », déclare le parti « Nos valeurs communes ».

Sélectionné pour vous :  Guinée : 10 ans de prison requis contre l'ex chef d'état-major général des armées

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...