Sélectionné pour vous :  L’appel au dialogue du gouvernement est-il sincère ? : « Si on n’arrive pas à avoir satisfaction, nous allons passer à la vitesse supérieure », prévient Kadiatou Bah

La culture du fonio absente dans le programme de la campagne agricole 2024 ? ce qu’en dit un ingénieur agro-alimentaire

La campagne agricole 2024 a été officiellement lancée ce lundi, 22 avril 2024 sur l’ensemble du territoire national. Et pour cette année, 81140 hectares seront valorisés, selon le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage. Et autre nouveauté, c’est que, ce sont les filières riz, maïs, ananas, oignons, ignames, bananes plantain et pommes de terre qui seront valorisées. Mais la question que se posent de nombreux observateurs, pourquoi le fonio n’est pas pris en compte cette année par les autorités.

Sur la question, un de nos reporters est allé à la rencontre d’un ingénieur agro-alimentaire, qui a tenté d’apporter quelques précisions.

« Le fonio est voisin des autres céréales comme le riz, le mil et le maïs. Mais la différence est que, il est un peu plus facile de travailler les autres céréales que le fonio. Le fonio est un peu difficile à travailler. Les équipes pour la production du fonio, c’est des équipements qui ne sont pas là pour le moment. Un instrument adapté à la culture, c’est-à-dire un instrument qui peut faire la culture et la récolte. Donc, vouloir mettre le fonio dans leur programme alors que les instruments n’existent pas, je pense que ça ne va pas être une bonne idée », a indiqué Lancinet Sangaré, avant de poursuivre :

« Au point de vue production la Guinée occupe le premier rang dans le monde. La Guinée actuellement, est le plus grand producteur de fonio dans le monde. Nous avons une production de 222 mille tonnes par an », a fait savoir le spécialiste en transformation des produits agricoles.

Sélectionné pour vous :  CAN 2024 : "Kaba Diawara n'a pas le niveau de la sélection" (Hassane Diallo) 

Lancinet Sangaré n’a pas manqué de faire des recommandations à l’endroit des autorités.

« Je recommande au gouvernement guinéen la valorisation de la recherche. Cette valorisation va permettre de mieux connaître les caractéristiques du fonio. Parce que quand les chercheurs font leurs études, ils vont donner aux conseillers agricoles qui vont à leur tour vulgariser la recherche. Le gouvernement doit se battre pour avoir des instruments qui sont adaptés à la production et à la transformation du fonio. C’est une céréale stratégique et importante qu’il faut valoriser », déclare notre interlocuteur.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...