Sélectionné pour vous :  Kaloum : des travailleurs de la société Grands Moulins de Conakry de nouveau dans la rue

Guinée: Dr Faya Millimouno et sa coalition politique (CPR) demandent la réduction des Institutions Républicaines, y compris la HAC

Après son passage devant les conseillers nationaux de la transition pour ses propositions au débat d’orientation Constitutionnel, la CPR (coalition politique pour la rupture) était ce mardi, 06 juin 2023 face à la presse pour parler des réformes institutionnelles qu’elle a proposées. Dr Faya Millimouno, le président de cette coalition, a estimé qu’il faut diminuer les institutions Républicaines.

 » Nous avons pensé qu’il faut diminuer le nombre des institutions républicaines. Vous vous rappelez de la constitution de 2010, nous nous sommes battus pour elle mais il faut aussi reconnaître que dans cette constitution, il y avait beaucoup de faiblesses. Lorsque Lansana Conté mourrait en 2008, il y avait une constitution en place. Au niveau de la hiérarchie supérieure du pouvoir judiciaire, il y avait une cour suprême. A l’intérieur de cette cour, il y avait une chambre administrative, une chambre économique, une chambre constitutionnelle. L’innovation qu’on a faite en 2010, c’est de sortir ces chambres à l’intérieur de la cour suprême pour en faire des institutions à part entières sans se poser la question est-ce que l’État guinéen avait des bureaux pour abriter ces institutions. Le conseil économique, social et environnemental est logé où ? La Médiation de la République est logée où ? La Commission électorale nationale indépendante est logée où ? La cour Constitutionnelle est logée où ? La Cour des comptes logée où ? Il faut qu’on ait l’honnêteté de reconnaître que toutes ces institutions sont aujourd’hui dans des édifices privés. C’est pourquoi, nous avons pensé qu’on devrait diminuer le nombre d’institutions Républicaines et celles pour lesquelles nous avons opté à part le gouvernement, le président de la République, l’Assemblée nationale, la Cour suprême, on doit remettre la Cour constitutionnelle, Cour des comptes et d’autres dans la cour suprême et limiter le nombre de juges sur la Cour suprême  », a proposé l’homme politique avant de renchérir sur la Haute Autorité de la Communication (HAC).

Sélectionné pour vous :  Le nouveau ministre de la Santé fait une promesse : « La refondation ne sera pas un vain mot au ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique »

 » Nous avons pensé même si ça peut heurter nos amis de la presse, que la HAC devait avoir une autre dénomination. Elle devait être un organe de veille mais pas comme une institution Républicaine, c’est aussi la même chose que nous pensons du Haut Commissariat des Droits de l’homme « , a dit Dr Faya Millimouno.

 » Nous avons pensé à une autre institution, c’est la haute autorité de contrôle des institutions. C’est une institution Républicaine que nous créons. Le Conseil national des collectivités, une institution, le conseil économique, social et environnemental, une institution, nous pensons que ça peut être à l’intérieur du ministère de la Justice comme un organe de veille  ».

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...