Sélectionné pour vous :  Diabaty Doré: "Personne ne doute aujourd'hui que le gouvernement qui était là, était là pour s'enrichir"

Koloma : les bordures de route transformées en marché par des femmes vendeuses qui sont exposées à de nombreux risques 

L’occupation anarchique des bordures de routes est devenue le sport favori de nombreuses vendeuses dans les marchés de Conakry. C’est le cas par exemple au marché de Koloma où des vendeuses sont exposées à tous les risques pour écouler leurs articles. Selon quelques unes rencontrées ce mercredi par notre reporter, cala est dû au manque de clientèle auquel elles font face au sein des marchés.

Mamadama camara, quadragénaire et vendeuse de poissons fumés trouvée assise à même le sol avec un visage froissé, fait comprendre que c’est la meilleure place pour elle pour pouvoir écouler sa marchandise.

« C’est le manque de clientèle qui fait que nous sommes au bord de la route. Nous avons des places, mais dans le marché profond. Il y a des véhicules qui circulent et nous avons peur et nous sommes inquiètes également », a-t-elle mentionné.

Bountouraby Camara, une vendeuse, se dit consciente du danger qu’elle court, même elle trouve toujours un moyen de revenir sur la chaussée malgré plusieurs tentatives des autorités de les déguerpir de là.

« Les autorités nous chassent à chaque fois parce qu’à vrai dire, nous sommes exposées au danger. Mais nous n’avons pas le choix et nous n’avons pas d’argent pour nous trouver des places au sein du marché », a-t-elle indiqué.

Face à cette résistance, Mamadou Yassine Diallo, administrateur du marché koloma, compte s’offrir tous les pouvoirs pour déguerpir ces femmes afin d’éviter le pire.

« Ce sont des femmes qui insistent toujours à aller s’asseoir au bord de la route comme si ce n’est pas au bord de la route, elles ne peuvent pas revendre. Sinon, nous avons suffisamment de places à l’intérieur du marché. L’autre fois, elles avaient envahi le pont pour le transformer en un marché, on les avait fait retourner à leur place et nous avons pris des dispositions pour cela », dit-il.

Sélectionné pour vous :  Échec des pourparlers PM et Forces Vives : « il n'est plus admissible pour nous de discuter au niveau interne avec un quelconque acteur » (Étienne Soropogui)

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...