Sélectionné pour vous :  Kankan : vingt cas d'accidents dont un cas de mort enregistrés durant la fête de ramadan (hôpital)

Le ministre Charles Wright au sortir de son procès : « Nous sommes contents que cela puisse servir d’exemple à tout le monde »

Le ministre guinéen de la Justice et des droits de l’homme, Alphonse Charles Wright a comparu ce vendredi, 23 juin 2023 devant le Tribunal de première instance de Dixinn pour répondre des faits délictuels qui lui sont reprochés par les responsables du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

Au sortir de cette audience qui a duré plus de deux heures, Alphonse Charles Wright a exprimé sa fierté d’avoir accompli un devoir citoyen, qui est celui de répondre à la convocation de la justice de son pays.

« Nous sommes en période de transition où monsieur le président a pris l’engagement devant la communauté nationale et internationale que sa gouvernance n’a et n’aura sa boussole que la justice. Aujourd’hui, je suis le premier garant de cette institution. Ce qui veut dire, pour rester en cohérence avec cette position, que nul n’est au-dessus de la loi. Cet exercice-là est un exercice républicain. C’est cette refondation qu’on veut pour notre pays. Je tenais aussi à rappeler la nécessité d’éviter, au regard et à la lumière de ce qui a été dit, des procédures qui n’ont pour objectif que de ternir ou de jeter du discrédit sur une institution qui est en train de faire montre de beaucoup de foi, de courage et d’abnégation », a-t-il déclaré.

Pour ceux qui avaient estimé que le ministre de la justice n’allait pas répondre à l’appel de la justice, Alphonse Charles Wright répond qu’il est hors de question qu’il piétine l’institution dont il est lui-même garant. Le Garde des Sceaux estime que cela servira d’exemple à tous les guinéens, que nul n’est au-dessus de la loi.

Sélectionné pour vous :  Siguiri : une femme battue à mort par son mari dans la sous-préfecture de Doko

« D’aucuns pensaient que le Garde des Sceaux n’allait pas se présenter. C’est mal connaître l’homme. Est-ce qu’on peut être aujourd’hui dans la refondation du CNRD et s’exclure d’un processus légal ? Ce n’est pas possible. Nous sommes contents que cela puisse servir d’exemple à tout le monde. Qu’en Guinée, plus que jamais, nul n’est au-dessus de la loi », a-t-il martelé.

A l’audience du jour, la question de la compétence du Tribunal de première instance de juger le prévenu avec sa qualité de ministre de la République a été longuement discuté. Pour le concerné, « un ministre de la République n’est pas justiciable devant un Tribunal de première instance. Un ministre de la République, un magistrat de surcroît, n’est pas justiciable devant un Tribunal de première instance. Mais on ne peut pas nous citer même si c’est à tort et qu’on refuse. Quand on est cité, on est tenu de comparaître. Que ce qu’on dit de vous, que ça soit vrai ou faux. C’est cette exemplarité que je veux donner à la Guinée », a dit Alphonse Charles Wright.

Le Garde des Sceaux, ministre de la justice et des droits de l’homme invite tous les citoyens guinéens à prendre l’exemple sur lui et à répondre à toutes les convocations de la justice.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...