Sélectionné pour vous :  Flambée du prix de l’oignon en Guinée : « J’ai l’impression que Dieu a quitté notre pays », se lamente une mère de famille

Mohamed Lamine Kaba interpelle le Général Doumbouya : « S’il a la volonté, dans 3 ou 9 mois, on peut organiser les élections »

Dans sa récente sortie sur un média étranger, le nouveau Premier ministre a abordé le sujet relatif à un éventuel glissement du calendrier de la transition en Guinée. Amadou Oury Bah a laissé entendre qu’il se pourrait que les futures échéances électorales ne puissent avoir lieu fin décembre dans le pays. Cette sortie du patron du palais de la Colombe n’est pas du goût de certains acteurs politiques.

C’est le cas notamment du président de la Force des Intègres pour la démocratie et la liberté (FIDEL) qui a pris l’ancien opposant à contre-pied.

« Le Premier ministre n’est pas dans cette dynamique. Sur RFI, Bah Oury a laissé croire que les élections à venir ne peuvent pas avoir lieu cette année. Ce qui prouve à suffisance que les ministres qui viendront ne pourront exécuter que ce qui sera dicté au haut niveau. Si Bah Oury le dit, il s’est inspiré des injonctions du CNRD. Pour le moment, je n’ai pas espoir, cela ne me décourage pas. Il est aberrant à partir du moment où il y a eu un cadre de dialogue auquel nous avons pris part activement, on est parvenus à un accord c’est-à-dire l’organisation de toutes les élections plus tard la fin de cette année 2024. Et c’est ce qui a été concocté aussi avec la CEDEAO. S’il y a glissement, ça veut dire qu’on n’a pas respecté nos engagements et nous devons savoir exactement quelles sont les raisons bien fondées qui ont fait que cela n’a pas été fait ? Donc, pour le moment, comme cela n’a pas eu lieu, on ne peut pas parler de cela. S’il y a la volonté politique, on peut. Je rappelle que le président en exercice en Sierra Léone, quand il a accédé au pouvoir par coup d’État, il a organisé les élections dans une fourchette de 3 mois et non 3 ans. Il a organisé les élections en donnant le pouvoir à Ahmed Tidiane Kaba. S’il a la volonté, dans une fourchette de 3 ou 9 mois, on peut organiser les élections et transmettre le pouvoir à qui de droit », nous a confié Mohamed Lamine Kaba.

Sélectionné pour vous :  Lutte contre la criminalité : Ces annonces fortes du nouveau procureur général près la Cour d'Appel de Conakry 

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

Laisser une réponse
Share to...