Sélectionné pour vous :  Koyamah/ Macenta : Des chenilles légionnaires posent leurs valises et font des ravages

Le PM Bah Oury : « En politique, c’est difficile d’avoir tout le monde à la table »

Le Premier ministre guinéen est face à la presse ce vendredi, 10 mai à la Plage de Camayenne. Amadou Oury Bah saisit cette opportunité pour passer en revue l’actualité sociopolitique du pays, notamment le processus électoral pour un retour à l’ordre constitutionnel. Chose tant réclamée par des acteurs politiques et non les moindres.

Pour le chef du gouvernement guinéen, il faut revoir tous les paramètres avant d’organiser les élections. Ce, pour éviter un autre retard au pays, dit-il.

« Le processus politique des actes importants, le dialogue politique, le retour à l’ordre constitutionnel sur des bases plus inclusives ont été lancés. Mais vous savez qu’en politique, c’est difficile d’avoir tout le monde à la table. Certains ont estimé que l’objectif de la transition, c’est simplement d’organiser les élections et laisser le fauteuil pour que d’autres viennent s’asseoir. Ceci a été fait par le passé et nous avons vu le dégât que ça a coûté à la nation et le retard accumulé. Tout simplement parce qu’on a voulu aller vite sans consolider les bases pour organiser des élections. Et le résultat en faisant les choses en 1 an, 18 mois ou maximum, on a perdu plus de 15 années. La Guinée est impactée par ce lourd passif qui a fait que nous avons perdu plus d’une décennie », indique Bah Oury avant de poursuivre:

« Utiliser l’ancien fichier au risque de répéter les erreurs et des fautes plus graves que ce que nous avons connu, non. Donc, ce qu’il faut faire, c’est ce qui est en train d’être fait. Le produit RAVEC, au-delà de l’aspect purement électoral, c’est un moyen par excellence de doter les gouvernements à tous les niveaux d’instruments permettant de cibler les politiques à tout moment de nous permettre de faire ce que nous voulons dans un temps raccourci. Le RAVEC, c’est d’abord une question de sécurité que tous les enfants de ce pays puissent avoir un numéro d’identification personnel », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Risque d'inondation au quartier Lambanyi, à Boké : les riverains du fleuve Nunez craignent "une possible montée de l'eau" (reportage)

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...