Sélectionné pour vous :  Examen d'entrée en 7eme année à Boké : Le gouverneur lance les premières épreuves à l'école du Centre

Mise en place des délégations spéciales en Guinée : un proche d’Alpha Condé révèle un « danger » dans l’exécution des missions

Depuis plusieurs jours maintenant, les délégations spéciales sont installées sur l’ensemble du territoire national, en Guinée. Alors que dans des contestations qui sont signalées à maints endroits, le ministre de l’Administration du Territoire a dévoilé les missions de ces nouvelles délégations. A en croire un proche de l’ex président guinéen Alpha Condé, les quatre missions confiées dévoilées par le MATD ne relèvent pas de la compétence des délégations spéciales.

Lors de l’assemblée générale hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel le week-end dernier, Marc Yombouno a tenu à mettre le point sur le « i ».

« Vous avez suivi toutes les réactions, les déclarations du RPG et les forces vives contre la dissolution des conseils communaux. Mais malgré tout, ça a été fait. Et ils ont pris combien de temps pour lire la liste des membres. Si vous avez des informations dans le pays, il y a des remous dans beaucoup de localités. Des localités où des gens disent qu’ils ne reconnaissent tel, qu’il ne vit pas ici. On a amené ces collectivités à déposer 25 noms, le choix de 11 ou de 5 personnes qui n’étaient plus là. Le ministre de l’Administration du Territoire a sorti maintenant un arrêté sur les missions de ces collectivités. Quand on a dit de travailler conformément à la loi, les gens disent autres choses. Ils sont obligés de sortir un document pour tracer exceptionnellement ce que doivent faire ces délégations spéciales, qui ne correspond pas au code des collectivités révisé, qui limite le fonctionnement des délégations spéciales à la gestion de l’administration courante. Ils continuent sur l’ancien budget, ils n’adoptent pas de budget. Mais ils leur ont donné quatre missions. Premièrement, c’est d’élaborer et d’adopter les budgets. Deuxièmement, c’est d’élaborer les plans de développement locaux, les plans de travail annuels et les programmes annuels d’investissement. C’est des prérogatives d’une commune normale, d’un conseil normal. Troisièmement, on leur demande de mettre en œuvre des activités par rapport à ces budgets qu’ils vont élaborer. Quatrièmement, ce qui est un peu dangereux, on leur dit de recruter du personnel. Comment ça va se faire ? Il y a des nouvelles délégations qui n’ont pas d’expérience dans l’élaboration des budgets », a-t-il martelé.

Sélectionné pour vous :  Guinée/Assainissement: "On va faire le classement des écoles en termes de propreté", dixit le directeur de l'ANASP

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...