Sélectionné pour vous :  Kankan: neuf (9) partis politiques dont le RPG AEC et l'UFR créent une coalition pour le bien de la région

Vers la candidature du CNRD à l’élection présidentielle ? : « Leur candidat n’ira nulle part, même si on lui prêtait la banque centrale pour en faire usage »

Le week-end dernier, des jeunes appuyés par des autorités locales, ont pris les rues de Kankan pour manifester leur soutien au Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD). D’ores-et-déjà, plusieurs observateurs non des moindres craignent de voir la junte guinéenne présenter un candidat à la prochaine présidentielle. Sans se voiler la face, le président du parti RRD estime que c’est un terrain sur lequel le CNRD ne doit pas s’aventurer.

Dans une interview exclusive qu’il a accordée à notre rédaction ce lundi, 14 août 2023, Abdoulaye Kourouma a déploré la récente manifestation de soutien à Kankan : «La manifestation est un droit constitutionnel. Ce qu’il faut retenir, j’ai l’impression que les erreurs du passé sont en train d’être refaites aujourd’hui parce qu’à l’époque, si la manifestation était favorable au pouvoir, on l’autorisait. Si c’était favorable à l’opposition, on interdisait. A partir du moment où la manifestation est un droit universel, en tant que républicain, je ne m’y oppose pas. Mais comme le discours du colonel disait que les erreurs du passé ne seront plus refaites, j’ai l’impression qu’il est en train d’être absorbé par ses propres mots. Tout récemment, il y a eu des manifestations à Kankan favorables au RPG arc-en-ciel où il y a eu des arrestations. Maintenant, s’il y a eu manifestation favorable au CNRD, il n’y a pas eu d’arrestation, il faut considérer que nous sommes en train de revivre les erreurs du passé », nous-a-t-il confié au bout du fil avant de poursuivre :

« Ce n’est pas à l’avantage du CNRD ce qui est en train de se passer aujourd’hui. Je ne parle pas d’agenda caché, je peux rassurer que ce plan ne marchera pas. Dans quelques mois, nous allons nous retrouver en 2024. Dire qu’on va se faire des militants pour faire ceci ou cela, je ne pense pas que l’option là marchera en Guinée. Les Guinéens ont compris les limites de chacun, ils savent jusqu’où on peut nous conduire. A part les ressources qui ont été mobilisées par le pouvoir déchu pour les routes et autres là, il y a quel autre impact sur la population. En politique, on n’improvise pas. Ce n’est pas facile qu’on essaie de créer un candidat en moins deux ou trois ans. Pour s’implanter à travers tout le pays, chacun de nous a ses militants un peu partout. Je ne crois pas que le CNRD ait la capacité de créer un candidat qui puisse me battre à Beyla ou à Lola. Ils ne peuvent pas créer un candidat qui puisse battre Cellou à Labé, à Pita, à Ratoma, à Dixinn, ou un candidat qui puisse battre Sidya Touré à Kaloum ou Matam. Si on organise des élections transparentes, leur candidat n’ira nulle part même si on lui prêtait la banque centrale pour en faire usage », a-t-il martelé.

Sélectionné pour vous :  Fête de l'armée guinéenne : le diagnostic de Kaly Diallo, activiste des droits de l'homme sur les 65 ans

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

 

Laisser une réponse
Share to...