Sélectionné pour vous :  Dr Edouard Zotomou alerte le CNRD: "Les manifestations sont toujours sur la table"

Boké : une manifestation contre le manque de courant dégénère, un jeune passé à tabac

Des citoyens du secteur Kataba, Landouma et Taye, ont battu le pavé ce mardi, 16 mai 2023, pour réclamer l’électrification de leurs localités. Ces manifestants en colère contre les responsables de l’EDG qu’ils accusent de marginaliser leur secteur, ont érigé des barricades sur la route nationale bloquant du coup  la circulation pendant plusieurs heures. Pendant ces manifestations spontanées, un jeune manifestant a violemment été passé à tabac par des agents des forces de l’ordre déployés sur place. Ce dernier a été évacué d’urgence au centre de santé de Kolaboui pour des soins, a appris siaminfos.com à travers son correspondant.

Dans la matinée, les femmes et jeunes de Kataba, Landoumataye, un secteur du district de Fodeconteah, ont pris d’assaut la route nationale numéro 3 en érigeant des barricades. Ils protestent contre ce qu’ils qualifient de l’exclusion de leurs localités dans le programme d’électrification en cours dans la sous-préfecture de Kolaboui. L’arrivée des câbles électriques à Fodeconteah, un district dont ils relèvent, a provoqué la colère des habitant de la localité :

« Nous relevons de Fofeconteah et aujourd’hui, le câble électrique est arrivé chez eux pourtant il n’y a même pas un kilomètre entre nous ici. Quand on a demandé aux agents chargés des travaux, ils nous ont dit que le fil n’arrivera pas jusqu’à Kataba. Ce qui est inadmissible, car les files de haute tension passent par là aussi », a dénoncé Ibrahim Camara, manifestant.

Au moment où ce soulèvement commençait à gagner les localités périphériques, situées le long de la route nationale, une équipe des forces de l’ordre est arrivée sur les lieux pour disperser les manifestants. Un jeune a été arrêté puis violenté par ces derniers qui l’ont ensuite laissé sur place : « Regarde dans quel état se trouve le petit, ils l’on frappé comme un voleur, il y a du sang partout. Pourtant, on a rien fait pourquoi ne pas discuter avec nous au lieu de violenter nos enfants qui ne réclament que le courant. C’est vraiment révoltant ce qu’ils ont fait. Et après, ils l’ont laissé ici alors qu’il ne peut même pas bouger », a déploré le premier responsable du secteur, Oumar Kalabane.

Sélectionné pour vous :  Dr Edouard Zotomou alerte le CNRD: "Les manifestations sont toujours sur la table"

Face à la gravité de ses blessures, le jeune a vite été transféré au centre de santé de Kolaboui où il reçoit actuellement des soins d’après ses parents. Les membres de sa famille déplorent l’attitude des agents de maintien de l’ordre : « Son état est vraiment critique, on ne sait pas s’il va s’en sortir, nous l’avons envoyé à l’hôpital de Kolaboui pour qu’il reçoive des soins appropriés. Ce qui s’est passé m’indigne à plus d’un titre parce que mon petit frère est atteint d’une maladie épileptique. Je condamne avec la dernière énergie cette violence des policiers qui l’ont brutalisé », s’est indignée Mariam Camara.

Depuis l’inauguration par le Premier ministre du poste électrique à Kolaboui le 04 février dernier, les émeutes se sont étendues dans la localité traversée par le projet d’interconnexion perturbant les activités économiques et minières dans cette ville carrefour.

 

 

Boké, Baillo Bah pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...