Sélectionné pour vous :  Concours de recrutement des conservateurs de la nature de 2020 : des candidats dans la rue pour réclamer la publication des résultats

CNT : deux projets de loi portant révision du code de l’artisanat et la lutte contre la traite des personnes adoptés par des conseillers

En plénière ce jeudi 06 avril 2023, pour examen et adoption de deux projets de loi portant notamment sur la révision du code de l’artisanat et celui portant lutte contre la traite des personnes et les pratiques assimilées en Guinée, le président du conseil national de la transition a prononcé un discours. Discours dans lequel Dr Dansa Kourouma a soulevé la nécessité de recodifier le secteur artisanal mais aussi de combattre la traite des êtres humains et toute autre forme d’exploitation des personnes.

 » Nous savons tous que l’artisanat contribue pour environ 25% du PIB en Guinée et occupe de milliers d’actifs. Toutefois, les acteurs du domaine demeurent confrontés à des problèmes de structuration, de professionnalisme, de manque de ressources financières et matérielles et d’une législature permettant leur encadrement, leur protection et leur accompagnement.
C’est pour relever ces importants défis notamment l’organisation, la protection des artisans et artisanes, la connaissance de leurs droits et obligations, ainsi que les règles en matière de commercialisation des produits et services artisanaux que nous avons travaillé de pair en Commission et Inter-commissions avec le Département concerné. Notre rôle, avant d’adopter cet instrument, est de s’assurer qu’il prend en compte les intérêts de nos artisans et artisanes.
Nous devons nous assurer que cette recodification permettra de clarifier et distinguer dans sa teneur, les activités, les personnes et les institutions relevant du secteur des métiers et de l’artisanat ; d’avoir une meilleure visibilité des droits et obligations des artisans et artisanes, ainsi que les textes applicables à leurs activités et le contrôle de celles-ci.
Ce chantier de recodification, porté par le Ministère de la culture, du tourisme et de l’artisanat, s’est déroulé de manière collaborative avec l’ensemble des acteurs de l’artisanat, aussi bien privés que publics. Le but étant de réordonner et remettre en cohérence l’ensemble des dispositions législatives applicables à l’artisanat. Nous espérons que ce réexamen du Code contribuera à améliorer l’intelligibilité et l’accessibilité de cette loi pour les différents acteurs  », déclare Dr Dansa Kourouma avant de poursuivre :

Sélectionné pour vous :  Manifestation à Conakry : les Forces Vives dressent un bilan de 7 morts et 32 blessés par ‘’balles’’

 » La traite des êtres humains et toute autre forme d’exploitation des personnes sont des crimes épouvantables. De par sa nature, elle n’est souvent pas visible, parfois étouffé par l’ambivalence de nos cultures. Les chiffres exacts sont parfois difficiles à déterminer. Environ 25 millions de personnes dans le monde sont victimes de la traite des êtres humains. Si certaines sont contraintes de travailler dans le commerce du sexe, d’autres sont forcées de travailler pour de maigres salaires dans les usines, parfois en contrepartie d’un repas, ou encore obligées de rejoindre des groupes armés. Ce qui est dommage est que la majorité des victimes de la traite de notre humanité post-moderne sont des enfants.
Ce crime est un véritable affront à la dignité humaine et une violation des droits humains. Nous voulons tous le combattre, parce que c’est une obligation morale et sociale. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir en tant qu’Etat, et en particulier en tant que législateurs, pour mettre un terme à ce phénomène, où qu’elle soit. Le rapport 2022 des services de protection judiciaires sur la traite des personnes en République de Guinée indique que 167 cas de traite ont été signalés et les officiers de police judiciaire ont indiqué que 67 personnes ont fait l’objet d’enquêtes pour les cas présumés de trafic sexuel et de travail forcé. Plus de Quinze (15) décisions de condamnation ont été prononcées à l’encontre des coupables. Ce sont des résultats à féliciter, mais il nous faut redoubler plus d’efforts car, ils restent insignifiants par rapport aux réalités de notre société  ».

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...