Sélectionné pour vous :  Campagne agricole 2023: Réception d'une importante quantité d'engrais en Guinée forestière

Dissolution du gouvernement par Doumbouya: « Il a mis des ministres qui sont incapables de relever les défis » (Aboubacar Soumah)

Dans un décret lu par le secrétaire général à la Présidence dans l’après-midi du lundi, 19 février 2024, le Général de corps d’armée Mamadi Doumbouya a dissous le gouvernement guinéen de transition dirigé par Dr Bernard Goumou. Dans cette dissolution, l’homme du coup d’État du 5 septembre 2021 a pris des mesures conservatoires contre les désormais anciens membres du gouvernement en confisquant leurs documents de voyage et en immobilisant leurs véhicules de commandement notamment. Depuis l’annonce de cette décision, des acteurs sociaux et politiques guinéens ne cessent de faire des commentaires.

Interrogé ce mardi, 20 février 2024 par notre rédaction, le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), a laissé entendre que le chef de la junte guinéenne est bel et bien dans son rôle régalien :

« C’est le président qui a proposé son gouvernement, cela relève de sa compétence. Quand il dissout son gouvernement, ça n’engage que lui, la faute commise par le gouvernement c’est lui qui sait. De toutes les façons, nous avons dénoncé quelques difficultés que nous rencontrons dans notre vie quotidienne. La cherté de vie, on l’a signalée. On met un gouvernement pour soulager la population, le gouvernement c’est pour prévoir les difficultés de la population parce que tout le monde sait que gouverner c’est prévoir. Aujourd’hui, la population guinéenne est en train de traverser une vie extrêmement difficile. C’est pour cela que nous avons signalé dans notre plateforme revendicative la cherté de vie parce qu’aujourd’hui nos femmes n’arrivent pas à supporter le coût de la vie. S’il a dissous son gouvernement, c’est dans ses prérogatives », estime Aboubacar Soumah avant de titiller certains éléments de l’équipe sortante :

Sélectionné pour vous :  Massacre de Zogota : 11 ans sans justice ni réparation, l'avocat des victimes interpelle les autorités 

« Il a mis des ministres qui sont incapables de relever les défis qu’il a signalés lors de son avènement au pouvoir. Donc, aujourd’hui, si toutefois il constate que ces défis restent jusqu’à présent non relevés, c’est son droit le plus absolu de dissoudre le gouvernement qu’il a composé lui-même », nous-a-t-il confié au bout du fil.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...