Sélectionné pour vous :  Kankan : 120 cartons de produits pharmaceutiques impropres à la consommation saisis par les autorités

La Guinée va-t-elle intervenir militairement au Niger ? : ce qu’en dit Ousmane Gaoul Diallo, porte-parole du gouvernement

L’actualité ouest-africaine reste dominée depuis quelques jours par le coup d’État militaire au Niger. La CEDEAO, à l’image de plusieurs organisations, n’entend pas lâcher prise et envisage même d’intervenir militairement dans ce pays du Sahel, si les putschistes arrivaient à s’entêter. Pour la Guinée, cette option militaire pourrait conduire à la « dislocation » de l’institution sous-régionale.

Joint au téléphone ce mardi, 1er août 2023, Ousmane Gaoul Diallo, porte-parole du gouvernement, a tenu à clarifier la position de la Guinée : « Cela n’apparaît pas dans notre déclaration. Il y a un risque humain important et ce risque là peut déstabiliser l’ensemble de nos pays, il faut faire attention! A ce stade, c’est ça notre position. Si on trouve que cette mise en garde trouve un écho favorable, ce sera tant mieux. De toutes les façons, si vous dîtes stopper l’hémorragie, pensez-vous que par une intervention militaire on peut stopper des questions difficiles qui se posent d’un pays à un autre (…) L’issue militaire n’est pas une solution. C’est grâce à l’appui aussi bien de la CEDEAO, de la communauté internationale et de l’Union africaine que la Sierra Leone et le Liberia ont réussi à se stabiliser. Et, ça s’est fait souvent en trouvant les compromis entre tous ceux qui se faisaient la guerre dans le temps. Ça a permis de créer un climat de confiance indispensable à la stabilité et à la solidité des institutions de ces pays. Nous disons aux dirigeants de la CEDEAO qu’il y a des voix alternatives aussi. C’est d’abord aller écouter les protagonistes, essayer de faire le nécessaire pour rapprocher les points de vue pour sortir de la crise. C’est pas forcément déverser des tonnes de militaires et de bombes, mais la population va se trouver dans le devoir de résoudre tout. Personne n’aimerait que son pays soit bombardé », a-t-il martelé chez nos confrères de la radio Espace.

Sélectionné pour vous :  Restrictions de l'internet en Guinée : Le parlement citoyen de l'engagement civique prévoit un sit-in le 20 février devant l'ARPT

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

Laisser une réponse
Share to...