Sélectionné pour vous :  Faranah : citoyens et autorités commémorent le 40e anniversaire de la mort de Ahmed Sékou Touré

Intervention militaire au Niger: ce qu’en dit l’opposant Diabaty Doré

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO ) ne veut laisser aucune chance aux putschistes de faire la loi au Niger. Elle a d’ores et déjà pris des mesures de restriction pour imposer sa rigueur. Parmi ces mesures, figure l’intervention militaire. Mais la Guinée et d’autres pays de l’Afrique de l’ouest dirigés par les militaires, notamment le Mali et le Burkina Faso ne partagent pas cette thèse.

Dans un communiqué rendu public dans la soirée du lundi, 31 juillet 2023, la junte guinéenne dit ne pas être prête à suivre les sanctions de la CEDEAO. « Conakry s’abstient d’appliquer des mesures illégitimes et inhumaines préconisées par la CEDEAO contre la junte nigérienne actuellement au pouvoir ». Ce qui fait monter la déception de Diabaty Doré, président du parti RPR que nous avons interrogé ce mardi, 1er août 2023. Pour lui, la Guinée et ces pays cités, doivent revoir leurs copies.

« Pour moi, ça n’a pas de sens. Déjà, ils sont exclus au sein des instances de l’organisation sous-régionale. Parce que je ne vois pas l’urgence pour le coup d’Etat du Niger. Ça, c’est la méchanceté. C’est pourquoi aujourd’hui je pense que les peuples africains doivent soutenir la CEDEAO pour restaurer la démocratie dans notre sous-région. Parce que ce qui est arrivé au Niger, si ça réussit, c’est que c’est fini pour notre démocratie. Vous avez vu, c’est que les moutons qui se promènent ensemble sont ceux qui se soutiennent », a lancé Diabaty Doré.

De poursuivre, le vice-président de l’Alliance nationale pour l’alternance démocratique dit être pour l’intervention militaire évoquée par la CEDEAO. Cependant, le Mali et le Burkina Faso ont indiqué clairement que toute intervention militaire contre ce pays frère, sera une déclaration de guerre à leur égard. Ce qui pousse Diabaty Doré à leur adresser un message.

Sélectionné pour vous :  Acte 2 de l'assaut de la dignité à Kankan : les hommes de médias se disent prêts pour la marche du 06 novembre

« Mais s’ils veulent la guerre, ils n’ont qu’à aller prendre les djihadistes qui sont en train de prendre leurs territoires. Quand on faisait le coup d’Etat au président IBK, les djihadistes n’avaient que 20% du territoire malien, mais aujourd’hui ils ont 42% du territoire malien. Mais les gens là se foutent du peuple », a-t-il regretté.

Pendant ce temps, l’armée nigériane elle, se montre prête à intervenir militairement au Niger dès que le président nigérian Bola Tinubu président en exercice de la communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest, donne le feu vert.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...