Sélectionné pour vous :  Pollution d'eau : plus d'une cinquantaine de pêcheurs identifiés victimes d'éruption cutanée en haute mer, à Conakry

Mamou: Salématou Diallo brûlée par l’essence qu’elle était en train de mettre dans des bidons auprès du feu

Salématou Diallo, âgée de 20 ans, domiciliée au quartier Petel Ka Woro, a été victime d’une brûlure dans la soirée du jeudi, 20 juillet 2023. Le drame s’est produit pendant qu’elle mettait de l’essence qu’elle revend dans les bidons. La jeune fille a été brûlée sur le corps après que le feu auprès duquel elle remplissait ses bidons d’essence a embrassé le liquide inflammable. Sauvée de justesse par sa mère, elle fut de facto conduite d’urgence à l’hôpital régional de Mamou pour des soins. Mais sa situation aujourd’hui reste alarmante, selon le constat de notre correspondant qui a interrogé la mère de la victime ce vendredi, 21 juillet 2023.

Au micro de Siaminfos.com, la mère de Salématou Diallo a donné des détails sur les circonstances dans lesquelles ce drame s’est produit.


« Je quittais dans mon jardin et arrivée à la maison, j’avais un sceau en main. J’ai déposé le sceau je lui ai demandé d’appeler sa sœur au téléphone. Mais le téléphone était déchargé. Je suis rentrée pour brancher le téléphone à la maison. Elle préparait au dehors pas loin de là où elle revend de l’essence. Après avoir regardé la sauce, elle a pris de l’essence pour mettre dans les bidons d’un littre. Lorsqu’elle lui restait deux bidons, elle avait déposé le bidon de 20 litres sur une chaise et c’est cette chaise qui a glissé et l’essence s’est versée sur elle. Une bonne quantité d’essence a coulé vers le feu. Et, le feu a suivi la trace de l’essence jusqu’à l’atteindre. Elle est entrée dans la brousse et moi je cherchais à la retrouver dans la maison entre-temps. Pour moi, elle était dans la maison. Même moi, j’ai eu une blessure au niveau de la cheville. Par après je l’ai retrouvée dans la brousse et là, je ne pouvais rien faire pour elle si ce n’est pas de déchirer ce qu’elle portait. Maintenant les jeunes sont venus m’aider à la transporter à l’hôpital », a-t-elle expliqué avant d’ajouter:
« A notre arrivée à l’hôpital régional, les medecins ont fait des petits soins mais ça ne suffisait point. Ils nous ont demandé une somme de quatre cents mille francs guinéens. Et on avait déjà acheté des produits d’une valeur de deux-cent soixante quinze mille francs guinéens.
Son frère qui devait payer, a dit qu’il ne pouvait pas payer cette somme vu le petit travail qu’ils ont fait, que ça ne mérite pas cette somme. Par après, ils nous ont dit de l’évacuer à Conakry. Mais vu les moyens, c’ètait pas possible. Nous l’avons évacuée à l’hôpital Bowal Wanoun. Ceux- ci nous ont dit qu’ils ne prennent pas de patients la nuit. C’est seulement ce matin que nous sommes venus dans cette clinique et ceux-ci ont pris soin d’elle. Sa situation s’améliore », explique la mère de Salémnatou Diallo.

Sélectionné pour vous :  Suspension des magistrats au TPI de Labé : l'AMG demande aux magistrats de Guinée de cesser toute activité sur toute l'étendue du territoire 

 

 

Mamou, Jacques Kamano pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...