Sélectionné pour vous :  Urgent : l'ex ministre de la Santé déferré à la CRIEF après plusieurs jours d'audition à la DCIJ-GN

Marcel Guilavogui révèle : « Monsieur le président Dadis, vous êtes au début, au milieu et à la fin de tout ce qui s’est passé »

C’est un revirement de situation plus ou moins attendu qui vient de se produire à la reprise du procès du massacre du 28 septembre 2009 après un mois d’arrêt. Le capitaine Marcel Guilavogui, un des accusés dans ce dossier qui avait refusé de parler lors du premier interrogatoire est revenu à la barre ce lundi, 10 juillet 2023 pour un grand déballage.

Dans ses nouvelles déclarations, l’ex Garde de corps du Chef de la junte n’est pas passé par le dos de la cuillère pour charger son ancien patron et coaccusé, le Capitaine Moussa Dadis Camara.

« Le président Dadis m’a trahi. Après tout le combat qu’on a fait, après tous les sacrifices, nous sacrifier. Monsieur le président Dadis Camara hôte l’habillement de la peur et porte la tenue sacrée, courageuse et de venir tout simplement demander pardon à ton peuple que Dieu t’a donné la chance à diriger, car des Guinéens et des Guinéennes ont trouvé la mort pendant que vous étiez président, commandant en chef des forces armées, premier magistrat. Donc, vous êtes informé du début à la fin », a-t-il déclaré.

Pour le Capitaine Marcel Guilavogui, l’ex président de la junte, le Capitaine Moussa Dadis Camara est celui qui a préparé et contrôlé l’exécution du massacre du 28 septembre 2009 où plus de 150 Guinéens ont trouvé la mort.

« Le pouvoir n’est pas un problème de parents. Le pouvoir, c’est le peuple. Et le pouvoir est acquis sur la base des renseignements. Et ce sont ces renseignements qui donnent le pouvoir. Si tu n’es pas renseigné de ce qui se passe sur ton territoire, il faut démissionner, il faut rendre le tablier. Un Chef de l’État, 150 morts, vous dites que vous ne connaissez rien ? Même une seule personne vous ne pouvez pas arrêter ? La responsabilité est sur le président Moussa Dadis Camara. Monsieur le président Dadis, vous êtes au début, au milieu et à la fin de tout ce qui s’est passé dans l’avènement du 28 septembre. (…) Monsieur le président, assumez ce que vous avez préparé », a-t-il lancé.

Sélectionné pour vous :  N'zérékoré : les organisateurs du festival international du livre et des acteurs annoncent les couleurs de la deuxième édition

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...