Sélectionné pour vous :  Guinée : les salaires des fonctionnaires et contractuels de l'État ne seront plus payés au billetage dès janvier 2024

Repos biologique des ressources halieutiques: ces explications d’un spécialiste du milieu marin côtier

Dans un communiqué rendu public il y a quelques heures, le ministère de Pêche, de l’Aquaculture et de l’Économie Maritime a annoncé la fermeture des activités de pêche industrielle et semi industrielle démersale, de la zone maritime sous juridiction de la République de Guinée. Une décision qui est entrée en vigueur ce 1er juillet 2024, pour finir le 31 août prochain.

Selon le département, ce repos vise à favoriser la reconstitution des stocks et la croissance des ressources halieutiques afin d’en assurer une exploitation durable.

Interrogé par un de nos reporters, Dr Abdoulaye Ibrahima Camara, enseignant chercheur au Centre de recherche scientifique de Conakry-Rogbanè, a dégagé l’importance de l’observation de ce repos.

 « La gestion des ressources halieutiques est un maillon de la chaîne alimentaire. Dans la mesure où si on veut gérer efficacement l’exploitation des ressources halieutiques, il faut tenir compte du repos biologique.

Le repos biologique est extrêmement important dans la mesure où il permet le développement des ressources aquatiques. Donc, le repos biologique permettra aux espèces de poissons d’atteindre un certain stade de maturité. Le repos biologique consiste au développement durable des espèces de poissons. Il y a la reproduction, il y a la croissance, il y a le développement jusqu’à avoir la taille maximale, c’est-à-dire la taille consommable. C’est ce qui permet le développement rapide. N’est-ce pas des espèces de poissons. Le repos biologique est un acte vraiment salutaire », a martelé Dr Abdoulaye Ibrahima Camara.

Pour cet enseignant, les autorités doivent prendre des mesures pour faire respecter strictement la décision.

« C’est de veiller efficacement en tenant compte de toutes les surveillances possibles. Parce que là, au niveau du ministère de la Pêche, il y a un service que l’on appelle le service de surveillance. Parce que ce que vous devez comprendre, l’action doit être pérenne. Et c’est ce qui est bien pour nous la population, parce que nous avons une certaine responsabilité face à cela. Si cela est exploité rationnellement, ça va permettre à chaque citoyen d’être vraiment content par rapport à la décision prise par le gouvernement », dit-il.

Sélectionné pour vous :  Cifokè Touré galvanisé davantage après sa libération : "Ce que nous poursuivons, c'est au-delà de ma personne"

Selon notre interlocuteur, le ministère de la Pêche doit prendre des mesures pour faire face aux besoins des Guinéens pendant cette période de repos biologique.

« Il faut avoir une politique d’approvisionnement des marchés en poissons. Et surtout que nous sommes dans un pays pauvre où 80% ou 60% de la population consomment des ressources halieutiques. Le ministère de la Pêche doit en principe veiller à cela, planifier un programme d’approvisionnement des marchés locaux, même dans les quartiers. Les mesures d’accompagnement doivent être prises », a-t-il suggéré.

« Deux mois, c’est mieux que rien. Mais moi, je crois bien qu’il ne faudrait pas qu’à chaque année, qu’on fasse la même chose. Si les années antérieures c’était une période de deux mois on observe, mais il faut améliorer cela. Il ne faudrait pas que chaque année, on observe deux mois, on peut améliorer », a conclu le Dr Abdoulaye Ibrahima Camara.

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

622750332

Laisser une réponse
Share to...