Sélectionné pour vous :  Fermeture de la Mosquée Fayçal : la tension monte d’un cran chez les donateurs

Toujours pas d’avocats pour Oyé : le parquet dénonce une mauvaise foi du prévenu et prévient que « le dossier va être jugé d’une manière ou d’une autre »

Le dossier ministère public contre l’ex ministre de l’Environnement du régime d’Alpha Condé devient une patate chaude dans les mains de la chambre de jugement de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF). Quatre mois (14 juin 2023) après le retrait des avocats du prévenu, la Cour n’arrive toujours pas à trouver des avocats commis d’office pour lui. Le Barreau de Guinée qui avait été sollicité à plusieurs reprises dans ce sens, n’a toujours pas répondu à la Cour.

A l’audience de ce mercredi, 11 octobre 2023, Moustapha Mariama Diallo, substitut du procureur spécial a poussé un cri pour dénoncer la mauvaise foi du prévenu. Pour le représentant du ministère public dans ce dossier, l’ancien ministre de l’Environnement fait tout son possible pour bloquer la procédure. Chose qu’il estime inacceptable.

« Monsieur le président, je dois vous rappeler que les avocats du prévenu ont quitté volontairement la salle en concertation avec leur client. Aujourd’hui, ce blocage n’est pas le fait que monsieur Guilavogui n’a pas les moyens de se constituer un avocat. C’est un ancien ministre de la République pendant une dizaine d’années. C’est un ancien entrepreneur comme d’ailleurs il l’a dit. Il a suffisamment de moyens pour se constituer un avocat. Mais il pense que le fait de bloquer la procédure en demandant à ses conseils de se retirer que c’est un moyen de défense, je trouve que non. Parce que déjà le jugement a commencé et ce dossier va être jugé d’une manière ou d’une autre. Ce qui vous revient en termes d’obligation, c’est de réécrire à nouveau au Barreau de Guinée pour la constitution d’office d’avocats », a-t-il martelé.

Sélectionné pour vous :  Unification des inscriptions dans les écoles guinéennes : ce que pense la FSPE (Fédération syndicale professionnelle de l'éducation)

Prenant la parole, Oyé Guilavogui dit attendre toujours la commission d’avocats et souligne qu’il n’a pas les moyens nécessaires pour se constituer d’avocats vu que ses comptes sont gelés par la justice.

« J’attends la commission d’office parce que mes avocats se sont retirés de leur propre gré. Ce n’est pas moi qui leur ai demandé de se retirer. Je n’en ai pas de moyens d’autant plus que mes comptes sont gelés », a dit l’ancien ministre de l’Environnement.

Dans sa décision, le président de la Cour, le juge Alhassane Mabinty Camara a renvoyé l’affaire au 18 octobre prochain et a promis de relancer le Barreau pour la commission d’office d’avocats en faveur du prévenu.

A rappeler que le ministre de l’environnement du régime déchu d’Alpha Condé est poursuivi pour des faits de détournement de deniers publics, enrichissement illicite et blanchiment de capitaux. Des faits prévus par les dispositions des articles 499, 776, 764 et suivants du code penal, 7, 112 et 113 de la loi n°024 du 17 aout 2021 portant lutte contre le blanchiment de capitaux et financement du terrorisme.

 

Depuis la CRIEF, Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...