Sélectionné pour vous :  Solidarité ouest-africaine à la Guinée après le sinistre : « Entendez-vous avec vos voisins, la CEDEAO n’est pas notre ennemie » (Sidya Touré)

Attaque à main armée à la prison civile de Coyah : le régisseur brise enfin le silence

Nous vous l’annoncions dans un de nos précédents articles, l’attaque dont la prison civile de Coyah a fait l’objet dans la nuit du jeudi, 22 juin 2023. Une Attaque qui a entraîné l’évasion de 81 détenus dont 5 repris par la patrouille mixte des services de sécurité, selon le communiqué du ministère de la Justice.

Le lieutenant Marlyatou Baldé est revenu sur les circonstances de cette attaque : « C’est hier aux environs de 1 heure que j’ai entendu le coup de fusil. Quelques minutes après, le gardien-chef est venu me dire qu’ils ont attaqué la prison. Immédiatement, j’ai appelé le procureur. Il m’a dit qu’il envoie des renforts. Quand ils sont arrivés, ils étaient plus de 30 personnes armées militairement et cagoulés. Ils ont trouvé le chef de poste, ils l’ont attaché et tous les autres gardes. Après ils ont demandé où étaient les militaires ?. Le chef de poste adjoint qui était là a reçu un coup de crosse à la figure par quelqu’un d’entre eux en lui demandant de leur montrer où se trouvaient les militaires détenus. Ils sont partis à la cale 3, il y avait trois détenus qu’ils ont fait sortir et un autre militaire dans une autre cale. C’est après que les autres ont profité pour s’évader. C’était des militaires qui étaient détenus là pour affaire de chanvre indien », a-t-il raconté.

 

 

Mohamed Lamine Souaré pour siaminfos.com

Sélectionné pour vous :  Ibrahima Diallo du FNDC empêché de voyager : le commissaire spécial de l'Aéroport de Conakry poursuivi en justice...
Laisser une réponse
Share to...