Sélectionné pour vous :  Beyla : La Sous-préfecture de Boola a désormais un nouveau centre de santé moderne

Boké : zoom sur le centre de santé de Sansalé qui manque presque de tout pour son bon fonctionnement

La sous-préfecture de Sansalé dans la préfecture de Boké ne dispose qu’un seul centre de santé. Cette infrastructure souffre malheureusement d’un manque de personnel, d’équipements, d’eau et d’électricité. Pire, le centre est en rupture de médicament.

Située à 135 kilomètres de la préfecture de Boké et 7 kilomètres de la frontière avec la Guinée Bissau, Sansalé est l’une des sous-préfectures les plus oubliées du pays. Toute la localité ne dispose qu’un seul centre de santé avec deux autres postes de santé dont le plus loin se trouve à 68 kilomètres de la commune rurale pour une population de 14.581 habitants.

Rencontré par notre correspondant régional, Théophile Sangbala, chef du centre est revenu sur les problèmes qui minent son service.

« Le centre est Composé d’une salle de consultation primaire curative, le programme élargi de vaccination PEV, la maternité, la consultation prénatale CPN, une pharmacie et un magasin. Malheureusement le centre est moins équipé et n’est pas alimenté en eau et en électricité. En plus je suis le seul titulaire et tout le reste c’est des stagiaires », a-t-il indiqué avant de poursuivre:

« Malheureusement, le centre traverse souvent une crise de médicaments car les produits viennent du chef-lieu de la préfecture de Boké et la route est complètement dégradée. Donc la commande de médicaments prend énormément de temps avant d’arriver à Sansalé. Cette situation fait que les patients arrivent à avoir toutes les difficultés à aller se faire soigner jusqu’à Boké en cas de complication », précise cet infirmier d’État.

Plus loin, il ajoute : « Mais le plus souvent, les femmes enceinte sont les plus grandes victimes qui, parfois accouchent en cours de route. Concernant l’absence et le manque criard du personnel soignant dans le centre de santé, je plaide auprès des autorités a engagé ses stagiaires à la fonction publique, car pour moi ces jeunes souffres ici ».

Sélectionné pour vous :  Cas Amadou Damaro Camara : voici ce qui agace Dr Faya Millimouno dans ce feuilleton judiciaire 

Malgré cette rupture de médicaments et le manque de personnel, les citoyens sont obligés de fréquenter cette structure sanitaire de la localité. A en croire le médecin de ce centre, en plus du paludisme, les infections respiratoires, la pneumonie, la sous-préfecture de Sansalé est une zone littorale où les maladies tropicales sont souvent récurrentes.

 

Boké, Bailo Bah pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...