Sélectionné pour vous :  Siguiri : ne supportant plus vivre caché, Mofa Sory se rend finalement au commissariat central de la police pour être arrêté

Boycott du procès du 28 septembre par les avocats : « Je ne pouvais jamais m’attendre que cela puisse arriver » (AVIPA)

Ouvert il y a près de neuf mois, le procès du massacre du 28 septembre 2009 est à l’arrêt depuis deux semaines. Les avocats engagés dans le dossier boycottent les audiences et réclament un accompagnement financier de la part de l’État guinéen à travers le ministère de la Justice et des droits de l’homme.

Cette situation ne laisse pas indifférente la présidente de l’Association des Victimes, Parents et Amis du massacre du 28 septembre (AVIPA). Interrogée ce mardi, 06 juin 2023, Dame Asmaou Diallo se dit déçue et invite les parties à trouver un terrain d’entente, afin que le procès reprenne son cours normal.

« Je suis juste désolée pour ce désagrément là. Je suis vraiment désolée. Je ne pouvais jamais m’attendre que cela puisse arriver. Vu l’engouement qui était là au début du procès, je pensais que tous les Guinéens, les avocats, tout le monde était content de l’ouverture du procès. Maintenant qu’il y a boycott, je ne sais pas quand est-ce que cela va pouvoir s’arranger. Mais tout ce qu’on demande, c’est qu’on puisse vraiment reprendre les choses et que le procès continue », a-t-elle laissé entendre.

Sur le bras de fer qui oppose les avocats au ministre de la Justice, la présidente de l’AVIPA dit n’a pas assez de commentaires. Asmaou Diallo plaide tout de même pour la reprise du procès.

« Tout ce que nous demandons en tant que victimes, que le procès continue son cours normal. C’est tout ce que nous voulons, c’est tout ce que nous cherchons à avoir parce qu’on ne sait pas pourquoi tout cela. S’il y a un problème d’argent entre eux, ils n’ont qu’à essayer d’arranger pour qu’on puisse vraiment avancer, parce que ça y va dans l’intérêt de la Guinée, pas seulement nous les victimes vu que le procès est déjà suivi dans le monde entier. Donc, c’est important que ce procès continue », a-t-elle plaidé.

Sélectionné pour vous :  Foniké Mengué et cie toujours pas jugés : Me Salifou Béavogui dénonce une détention "injuste et arbitraire"

Pendant ce temps, le ministre de la Justice et les avocats, chaque camp reste droit dans ses bottes. Les négociations entamées entre le ministre et le bâtonnier de l’ordre des avocats peinent à produire des effets.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...