Sélectionné pour vous :  Approvisionnement de la Guinée en produits pétroliers : le PM Bah Oury échange avec des investisseurs français et marocains

Cinq des évadés de prison de Pita ont-ils été arrêtés ? Le procureur de la République y apporte un démenti

Depuis quelques heures, une information sur l’arrestation de cinq des prisonniers qui se sont évadés de la prison civile de Pita dans la nuit du 31 mai au 1er juin dernier fait la Une de certains médias guinéens. Des informations qualifiées de fakes par le procureur de la République près le tribunal de première instance de Pita, alors qu’elles ont été données par le procureur de Labé.

Dans un entretien accordé à notre correspondant basé à Mamou, Bakary Camara a apporté un démenti sur les informations données par le procureur de Labé selon lesquelles, quelques prisonniers évadés avaient été mis aux arrêts.

« Non, je ne confirme pas d’abord. Je n’ai pas cette information. C’est mon dossier mais s’il fait une sortie sans m’informer, je ne comprends pas. Moi c’est vous qui m’informez », a coupé court le procureur de Pita avant de rassurer que c’est juste une confusion.

« La veille de l’évasion, y avait un criminel qui était recherché par des services de sécurité de Pita pour avoir assassiné le président de la jeunesse de Dogol Touma. Il s’appelle Mamadou Moussa Bah. Donc lui, il avait été interpellé dans la journée du 30 au 31 mai à Gaoual. Donc, j’ai ordonné au commandant de la gendarmerie de procéder à son transfert le 1er juin. Cela a coïncidé à l’évasion. Donc, c’est quand ils sont revenus avec lui le lendemain maintenant que j’ai dit au commandant de déférer les autres détenus plus lui qui venait d’arriver, c’est un peu ça », explique-t-il.

Il faut rappeler que ce sont 20 détenus qui se sont évadés de cette prison de Pita. Et à s’en tenir aux propos du procureur, ils restent jusqu’ici introuvables.

Sélectionné pour vous :  Affaire Dr Diané à la CRIEF : le juge Francis Kova Zoumanigui en colère contre le Conseil de l'ordre des avocats (raisons)

 

Mamou, Jacques Kamano pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...