Sélectionné pour vous :  Siguiri : une femme et son bébé de quatre mois meurent dans un accident de la circulation, à Kouremalé

Chronogramme de Transition : « Le délai n’est plus tenable, la faute revient au MATD et à son ministre », selon les acteurs engagés dans le cadre de dialogue 

La Convergence des acteurs sociopolitiques engagés dans le cadre du dialogue inter guinéen s’est prononcé ce mardi, 16 janvier 2024 sur la lenteur dans la mise en œuvre des résolutions du cadre de Dialogue. A la faveur d’une conférence de presse tenue à Conakry, ces acteurs ont révélé que Mory Condé, ministre guinéen de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation est à la base d’un éventuel glissement du chronogramme de la transition.

Ces acteurs sociaux et politiques qui ont accepté d’aller autour de la table pour discuter de la gestion de la transition en cours en Guinée, expriment aussi leurs inquiétudes. Pour eux, il n’existe aucun doute qu’un glissement du chronogramme de la transition est déjà consommé.

« Aujourd’hui, nous sommes dans toutes ces difficultés, on se permet même de parler d’une relecture du chronogramme de la transition, c’est la faute au MATD. Aujourd’hui, ce n’est plus une question de glissement du chronogramme, nous voulons réélire les accords entre la CEDEAO et la Guinée et les acteurs sociopolitiques, parce que c’est devenu une réalité. Le délai n’est plus tenable, c’est une réalité. Mais la faute revient au MATD et à son ministre », a déclaré le président du parti Rassemblement Guinéen du Travail, avant d’ajouter :

« Après le décret de novembre-décembre 2022, on devrait nommer le coordinateur du PN-RAVEC. Nous avons tenu des différentes réunions du comité, et le ministre Mory a toujours envoyé des représentants et la raison de son absence était toujours accompagnée d’arguments. Soit il est en train de dormir, soit il n’a pas dormi depuis. Des arguments vraiment pas possibles pour un ministre du MATD. Nous avons tenu 8 sessions et M. Mory ne s’est jamais donné la peine de venir participer à cette session. Pourtant, cette session est l’accord de tous les Guinéens. Il n’est jamais venu, il s’est toujours fait représenter par ses représentants qui certes expliquaient jusqu’à un certain niveau, mais qui ne pouvaient que se limiter à un point. Celui qui était censé prendre des décisions n’est jamais venu. Nous nous sommes retrouvés en statu quo jusqu’au mois d’octobre. C’est au mois d’octobre qu’on nous a fait sortir les actions sur les projets de l’Etat civil entre autres. Aujourd’hui, le retard des activités du chrogramme revient totalement au MATD. Si le PN-RAVEC avait avancé, on se serait retrouvés aujourd’hui avec un fichier électoral. Car, c’est le PN-RAVEC qui peut nous permettre d’exécuter beaucoup de points, surtout le point du fichier électoral », a-t-il laissé entendre, tout en indiquant qu’il serait très difficile de procéder au vote sans le fichier électoral.

Sélectionné pour vous :  Labé : le bâtiment qui abrite les locaux de la section préfectorale des forêts et de la faune complètement délabré 

« Quelle que soit la volonté du CNT, s’il nous propose l’avant-projet et le projet de la constitution, on ne peut voter sans fichier électoral. C’est le retard dans les activités du PN-RAVEC, qui a provoqué ce glissement qui est une réalité que l’on doit débattre », indique Ousmane Dady Camara.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...