Sélectionné pour vous :  Labé : une sexagénaire portée disparue depuis plusieurs jours, retrouvée morte dans sa chambre à Tairé 

Comment le dernier ministre des affaires étrangères d’Alpha Condé voit la Guinée ? Kalil Kaba prend la parole

C’est l’une des ses premières sorties publiques depuis le renversement du régime d’Alpha Condé en septembre 2021 par le CNRD à sa tête le désormais Général Mamadi Doumbouya. Ibrahima Kalil Kaba, le dernier ministre des affaires étrangères du régime déchu s’est exprimé le weekend dernier sur la situation de la Guinée. C’était à l’occasion d’une conférence débats axée sur le développement du capital humain dont il était conférencier.

Bien qu’il n’est pas entré en détail sur des sujets spécifiques de la situation sociopolitique guinéenne, l’ancien ministre des affaires étrangères se dit toujours optimiste.

« Je vois la Guinée de façon très optimiste. Ça, c’est ma nature, je suis quelqu’un d’optimiste. Il y a des problèmes comme partout. La chance peut-être d’avoir fait un peu le tour du monde, ce qu’on parle un peu de nos pays de la même manière un peu partout. Chacun se plaint, on se plaint beaucoup, il n’y a pas autant d’engagement mais les problèmes sont là pour être résolus. C’est en cela qu’en s’adressant aux plus jeunes qui étaient là aujourd’hui, l’implication des plus jeunes dans la gestion de la cité est une chose qui est essentielle. Et la gestion de la cité, c’est ça qu’on appelle la politique. Je sais qu’en Guinée aujourd’hui, c’est un mot qui est quasiment proscrit par la plupart des jeunes parce qu’on pense que la politique est une mauvaise chose, mais la politique n’est rien d’autre que la gestion de la cité, la gestion des problèmes auxquels nous faisons face. Ce sont les problèmes auxquels nous nous avons fait face, ceux qui sont là aujourd’hui ont fait face et ceux qui étaient là hier ont aussi fait face », a-t-il laissé entendre.

Sélectionné pour vous :  Guinée : le ministre de l'enseignement Pré-universitaire et de l'Alphabétisation porte plainte contre un enseignant chercheur

Pour pouvoir résoudre ces problèmes qui assaillent le pays, dit Ibrahima Kalil Kaba, « il faut une conscience collective pour trouver les solutions qui sont les plus adaptées pour pouvoir atteindre le niveau de développement auquel nous tous on aspire pour notre pays », a martelé l’ex Chef de la diplomatie guinéenne.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...