Sélectionné pour vous :  Urgent : l'ex président Alpha Condé et Général EI SISI poursuivis pour trahison, détention illicite d'armes et minutions... 

Crimes de sang sous Alpha Condé : l’IRDED dénonce la « magouille » d’un groupe de personnes qui fabrique de fausses victimes

Alors que la procédure judiciaire en cours sur des crimes de sang sous le règne de l’ancien président Alpha Condé, certaines personnes se seraient livrées à des actes de sabotage jugés peu orthodoxes par l’Institut de Recherche sur la Démocratie et l’Etat de Droit. Dans une déclaration rendue publique, le bureau exécutif a attiré l’attention de la communauté nationale et internationale sur cette attitude des personnes qu’il qualifie de « tentative de fabriquer des victimes » afin de saboter la procédure judiciaire en cours tout en regrettant l’acte.

« L’Institut de Recherche sur la Démocratie et l’Etat de Droit (IRDED) constate avec regret la tentative d’un groupe de personnes de fabriquer des soi-disant victimes du régime de M. Alpha CONDÉ afin de saboter la procédure judiciaire en cours qui est très avancée. En effet, nous tenons à informer le public national et international qu’un groupe de personnes a essayé depuis une certaine période de saboter la procédure judiciaire en cours en échange de certains avantages financiers. Nous nous battons depuis l’année 2011, date de l’assassinat de la première victime du régime de M. Alpha CONDE, Zakaria DIALLO, pour obtenir justice. Hélas, nous n’avons pas obtenu un soutien adéquat et conséquent pour nous permettre de faire face à toutes les difficultés et menaces de nature politique, sécuritaire et financière dans notre combat afin d’obtenir une réparation juste et équitable pour l’ensemble des victimes. Maintenant que nous avons réussi à faire démarrer une enquête préliminaire pour identifier les auteurs des crimes, certaines personnes ont décidé de faire du malheur et la douleur des victimes un fonds de commerce à leur détriment. Elles sollicitent des fonds, soi-disant, pour aider les familles de victimes, notamment pour la procédure judiciaire. Malheureusement, les victimes et leurs familles n’ont jamais eu un centime et aucune action en justice n’a jamais été initiée au-delà de celles que nous avons enclenchées ici en Guinée, sans occulter le signalement des avocats parisiens. Nous sommes battus pour que les enquêtes préliminaires soient initiées afin de déterminer les auteurs des actes d’assassinats et destructions des biens privés sans aucun soutien financier. Beaucoup des parents des victimes ont d’énormes difficultés à survivre et n’ont même pas les moyens de payer les frais de transport pour venir se faire auditionner devant les officiers de la police judiciaire. Pendant ce temps un groupe de personnes a obtenu des fonds assez importants, d’après des informations à notre disposition, au nom des victimes alors que nous ne sommes pas associés. Des manœuvres frauduleuses sont entamées pour créer fictivement des victimes afin de saboter ainsi la procédure en cours et justifier l’utilisation de ces fonds au détriment des véritables bénéficiaires « , mentionne la déclaration, qui parle plus loin d’un acte de sabotage.

Sélectionné pour vous :  Viols en masse lors de la manif du 28 septembre 2009 : « Il n’y a aucune impunité à accorder à qui que ce soit » (Charles Wright)

« A ce stade de la procédure, nous avons auditionné presque la totalité des victimes qui sont présentes dans la région de Conakry. Nous disposons de la liste exhaustive des victimes dans la mesure où nous avons systématiquement soit déposé des plaintes ou procédé à l’établissement des procès-verbaux de constat pour chaque victime. Dès lors, nous ne permettrons pas à ce que des soi-disant victimes viennent se présenter dans l’objectif de semer la zizanie dans la conduite de la procédure judiciaire en cours avec le seul but de saboter toute chance de voir un jour un procès juste et équitable des auteurs de violation des droit fondamentaux des citoyens. Nous avons beaucoup trop souffert dans la quête d’une justice. Nous ne céderons jamais un pouce pour cette justice. Nous ne permettrons pas à un individu quelconque de prendre de l’argent pour venir saboter cette procédure judiciaire. Nous prenons à témoin la communauté nationale et internationale contre une telle tentative. Rien ne se fera au détriment des véritables victimes et dans une transparence totale et absolue. Nous savons que la corruption a toujours eu raison de toutes les causes nobles dans ce pays mais pas cette fois-ci. Nous nous battrons aussi longtemps que cela sera nécessaire pour obtenir justice. Les saboteurs nous trouveront sur leur chemin. L’IRDED qui a pour objectif la promotion de la démocratie et de l’Etat de droit dont la lutte contre l’impunité et la corruption ne reculera pas dans son noble combat pour une Guinée juste, démocratique, unie et prospère » dit-il.

 

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...