Sélectionné pour vous :  Comment les dépenses obligatoires de l’État guinéen s’opèrent ? : ces éclaircissements de Hamidou Camara du CNT

Dabola: Une quarantaine de conseillers agricoles formés sur la technique de production des cultures et le mécanisme de…

Le ministère de l’agriculture et j Agricole du Bassin Arachidier de Dabola ( PDABAD) viennent d’organiser un atelier de formation des conseillers agricoles à Dabola. Dans cette préfecture du centre géographique de la Guinée, une quarantaine de participants venus de Dabola, Dinguiraye, Faranah et Kouroussa se retrouvent pour acquérir de nouvelles connaissances en technique de production des cultures et le mécanisme de collecte et la diffusion des informations. Objectif : Renforcer les capacités techniques et méthodologiques de ces conseillers pour une meilleure redistribution des activités du projet sur le terrain. Au nom de la Direction Nationale de l’agriculture, Ousmane Koumbassa parle de l’importance de cet atelier:

« Cette formation va permettre à nos conseillers agricoles d’êtres très opérationnels sur le terrain. La formation était accentuée sur deux volets: un volet technique et un volet informatif. Il s’agit de doter nos conseillers agricoles sur les itinéraires techniques de production des cultures ciblées par le projet. Je demande aux conseillers pourque la formation qu’ils ont reçu leur soit utile il faut qu’ils soient sur le terrain et qu’ils prodiguent d’utils conseils aux producteurs. »

En sa qualité de formateur dans cette rencontre, Abdoulaye Sylla dévoile les thématiques abordés aucours de cet atelier avant de prodiguer un conseil aux participants : « Cet atelier a eu pour thématiques : l’animation rurale et les itinéraires techniques des cultures. Nous avons parlé des cultures du riz, d’arachide et du maraîchage. Je demande aux participants de mettre en valeur l’outil qu’ils ont eu lors de cette formation. »

Ce participant Tidiane Ly conseiller agricole à Dinguiraye parle des profits qu’il a tiré dans cette rencontre : « Cette formation nous a permis de savoir la zone d’intervention du projet. Elle nous a outillé encore sur les méthodes de travail du projet, les méthodes d’approche, la population cible du projet. Je souhaiterai auprès du projet qu’il multiplie ces genres de formation pour le renforcement des capacités des acteurs du monde rural. »

Sélectionné pour vous :  Pénurie d'eau à Mamou : la Société des Eaux de Guinée (SEG) donne les raisons

 

Fanta Lancinet Keita correspondant à Faranah.

Laisser une réponse
Share to...