Sélectionné pour vous :  Vers une manifestation anti Doumbouya à New York ? : « Ce sont les conséquences d’avoir renié les engagements du 5 septembre 2021 » (Cellou Baldé)

Situation déplorable des droits humains en Guinée : « Aujourd’hui, le CNRD fait pire que l’ancien régime » (Fabien Offner, Amnesty International)

La situation des droits humains en Guinée devient de plus en plus inquiétante. Avec l’arrivée du CNRD, la junte au pouvoir n’a pas permis de rompre avec les violations des droits des citoyens. Au contraire, les autorités militaires font même pire que leurs prédécesseurs, selon certains défenseurs des droits de l’homme.

Fabien Offner, chercheur au bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre à Amnesty International, déplore la violation répétée et entretenue des droits humains sous le CNRD qui s’était pourtant engagé à rompre avec les vieilles pratiques : « Concernant internet, ce n’est pas vraiment inédit puisque ça avait été initié par Alpha Condé, notamment en 2020. Ce qui est nouveau, ce qui était temporaire sous Alpha Condé est devenu permanent. L’internet est restreint depuis le mois de novembre, mais aussi l’interdiction de manifester est encore vigueur depuis le mois de mai même si certaines manifestations favorables au chef de l’État sont autorisées. Il y a également cette globalisation de la volonté de réprimer la liberté d’expression, ça ne concerne pas que l’internet. Il faut noter également que les autorités actuelles font totalement fi du droit malgré des rappels qui ont été très clairs », a-t-il déploré.

L’activiste des droits humains rappelle qu’il y a déjà eu une décision de la Cour de justice de la CEDEAO qui a clairement condamné l’État guinéen sous Alpha Condé par rapport à la violation des droits à la liberté d’expression, d’accès à l’internet et a demandé à l’État guinéen de prendre des mesures pour rectifier le tir. Mais, dit-il, « aujourd’hui, le CNRD ne prend non seulement aucune mesure, mais fait pire que l’ancien régime. Il faut évidemment noter que les autorités marchent aussi sur leur propre Charte de la transition puisque la Charte de la transition accorde une place très importante au respect des droits humains. Aujourd’hui, on se rend compte que c’était en grande partie des faux semblants », a dit le chercheur au bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre à Amnesty International, sur TV5MONDE.

Sélectionné pour vous :  Vers une manifestation anti Doumbouya à New York ? : « Ce sont les conséquences d’avoir renié les engagements du 5 septembre 2021 » (Cellou Baldé)

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...