Sélectionné pour vous :  Manifestations contre le délestage à Kindia: plus de vingt manifestants jugés au tribunal de première instance

Faranah : les chasseurs traditionnels célèbrent leur fête mythique dénommée « Djombeindai Arabalaban »

Les chasseurs et guérisseurs traditionnels de Faranah à l’instar de leurs confrères des autres préfectures, ont célébré mercredi leur fête traditionnelle dénommée Djombeindai Arabalaban. La cérémonie s’est déroulée à Nönöfè Sokoura, un district situé à 7 kilomètres de Faranah centre. Chasseurs et guérisseurs traditionnels venus des communautés Djalonké, Kouranko, Woulada et Sankaran se sont massivement mobilisés pour la circonstance.

Rencontré sur les lieux, le président de la confrérie des chasseurs de Faranah Lancinet Fofana, a expliqué la portée de la célébration de cette fête.

« Djombeindai Arabalaban est une fête traditionnelle que les chasseurs et guérisseurs traditionnels organisent chaque année. Au cours de cette retrouvaille, nous parlons unité et la cohésion entre les membres de ces différentes confréries. Nous faisons des sacrifices pour que nos ancêtres répondent aux demandes que nous leur formulons. C’est un moment pour nous de régler nos différents et échanger sur la question de satisfaction de la population. Nous ne venons pas ici pour faire du mal à qui que ce soit », a-t-il fait savoir.

Aly Djan Camara, Président de l’antenne régionale des chasseurs de Faranah a, de son côté, sollicité l’appui des autorités pour la matérialisation de leurs projets. Des projets qui tournent notamment autour de la restauration du couvert végétal menacé par actions anthropiques.

« Nous sommes conscients que notre environnement se dégrade de jour en jour. Ce qui rend le travail du chasseur encore plus difficile. Nous avons ambitionné des projets de reboisement mais les moyens ne sont pas là. Nous demandons à nos autorités et le gouvernement de nous aider à avoir des projets de reboisement pour que nous puissions participer à la restauration du couvert végétal », a-t-il lancé.

Sélectionné pour vous :  Ousmane Dady aux forces vives: "La politique ne doit pas être un garde-fou pour qui que ce soit pour poser des actions contre la Loi guinéenne"

Pour sa part, le nouveau président de la confrérie des guérisseurs traditionnels de Faranah Moussa Songoya Camara, a tout d’abord remercié ses confrères pour le choix porté sur sa personne avant de fustiger le comportement des faux guérisseurs traditionnels.

« Je remercie tous les membres des confréries des chasseurs et guérisseurs traditionnels de Faranah pour le choix porté sur ma personne. La première ambition de mon bureau est de réorganiser la structure de confrérie des guérisseurs traditionnels de Faranah. Aujourd’hui, quand quelqu’un a l’argent, il paie les fétiches et se réclame guérisseur traditionnel. Pourtant, c’est un mériter qui s’apprend tout comme les autres métiers. Aujourd’hui, les citoyens surtout les malades ne savent plus que faire, où aller tout simplement parce qu’il y a assez de faux guérisseurs traditionnels qui continuent de salir les autres guérisseurs. Nous allons organiser des séances d’échanges entre nous pour bien trouver solution aux problèmes des citoyens qui nous convoitent », a-t-il martelé.

 

Faranah, Fanta Lancinet Keita pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...