Sélectionné pour vous :  Abdoul Sacko à propos des résultats de l'évaluation des ministres: "C'est du cinéma et c'est le but recherché"

Composition du nouveau gouvernement : réactions croisées des acteurs politiques et de la société civile de Kankan

Longtemps attendu, la République de Guinée a désormais un nouveau gouvernement de transition, plus de 20 jours après la dissolution de celui de l’ancien Premier ministre, Dr Bernard Goumou. Dans la ville natale du président Mamadi Doumbouya, la mise en place du nouveau gouvernement est accueillie comme une bouffée d’oxygène. À travers la ville, chacun exprime ses préoccupations face à la mise en place de cette nouvelle équipe dirigeante.

Pour Sory Sanoh du RPG arc-en-ciel de la coordination de Kankan, l’essentiel n’est pas seulement la mise en place d’un gouvernement, mais la conduite. C’est pourquoi il s’adresse personnellement au président de la transition pour le bien de la Guinée.

« C’est une bonne chose, mais notre regard là-dessus, c’est qu’il s’agit de composer une équipe mais de laisser cette équipe travailler dans les normes. Qu’est-ce que je veux dire ? Monsieur le président de la République ne doit pas accepter d’accorder des visites aux ministres sans passer par le Premier ministre. Le Premier ministre est le lien entre le gouvernement et le président de la transition. Mais si le président reçoit les ministres individuellement, cela peut semer des soupçons au sein du gouvernement. Un deuxième aspect, parmi ceux qui sont nommés, il y a des anciens comme des nouveaux. Le président de la République a le pouvoir de nommer et de démettre qui il veut. Ce que nous devons dire, c’est qu’il faut des attentes dans le gouvernement. Sinon, ce que nous avons vécu entre Charles Wright et le Premier ministre Bernard Goumou ne doit plus être répété dans l’histoire de la Guinée. Cela doit être un mauvais souvenir lointain », a conseillé Sory Sanoh.

Après la dissolution d’une première équipe, Lanciné Condé du Bloc Libéral estime que cette nouvelle équipe évoluera avec une vigilance accrue.

« Nous avons bon espoir, comme toujours. C’est une équipe qui est avertie, puisque la première équipe a été dissoute. Je crois que chacun va essayer de se corriger, car il y a eu des tensions. Le fait d’effectuer de petits changements apportera des leçons, non seulement pour les anciens, mais aussi pour les nouveaux venus, afin que les choses se déroulent dans les meilleures conditions », indique Lanciné Condé du Bloc Libéral.

Sélectionné pour vous :  Le ministre guinéen de l’Agriculture aux gouverneurs et préfets : « La divagation des animaux est interdite pendant la période agricole »

Au sein de cette nouvelle équipe, on constate la reconduction de plusieurs ministres de Goumou, ce qui ne surprend pas Bangaly Sylla, acteur de la société civile. Pour lui, seuls ceux qui peuvent servir le président sont nommés et reconduits. Il va jusqu’à dire que ce gouvernement n’a pas été composé sur proposition du Premier ministre.

« Recyclage ou pas, telle n’est pas la question. La question aujourd’hui est qui peut servir Mamady et ses intérêts. Sinon, quand vous prenez le ministre de la Sécurité qui a été reconduit, qu’a-t-il pu accomplir en deux ans ? Quand vous regardez la composition du nouveau gouvernement, vous vous rendez compte que le Premier ministre n’a pas eu le choix dans la composition de son équipe. Si Bah Oury a fait des propositions, cela ne dépassera pas trois ministres à mon avis. L’essentiel, j’appelle les Guinéens à être vigilants, car l’objectif de cette transition est de revenir à un État de droit et de démocratie. Cela n’est possible que par des élections, c’est pourquoi peu importe qui sont les ministres, cela m’importe peu », a déploré cet acteur de la société civile.

En deux ans, la transition guinéenne vient de connaître son troisième Premier ministre et deux gouvernements. En tout cas, sur la portée de ce nouveau gouvernement, les citoyens restent divisés dans la commune de Kankan.

 

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...