Sélectionné pour vous :  Déclin de la démocratie, recul de l’Etat de droit...en Afrique de l'ouest : Dalein partage son expérience en Allemagne

Injonctions du ministre de la Justice contre le vol d’électricité en Guinée : plusieurs citoyens expriment déjà des craintes

Nous vous l’annoncions mardi dernier, les injonctions faites par le ministre de la Justice, demandant aux procureurs généraux près les cours d’appel de Conakry et de Kankan, d’engager des poursuites judiciaires contre les fraudeurs dans le secteur de l’énergie en Guinée. Selon Alphonse Charles Wright, le vol d’électricité fait perdre à EDG (Électricité de Guinée) plus de 100 milliards de francs guinéens par an. Bien qu’ils accueillent la décision à bras ouverts, de nombreux citoyens expriment déjà des craintes.

Pour Mafoudia Sylla, l’argent qu’EDG perd par an est colossal. Cependant, elle impute la responsabilité à cette dernière : « Honnêtement, certains agents d’EDG sont souvent à la base des branchements clandestins et illicites. Au lieu d’annoncer des enquêtes dans les ménages, administrations publiques, privées et mixtes, le ministre de la Justice devrait demander à EDG de se débarrasser aussi des brebis galeuses en son sein. Ce qu’il faut craindre, c’est que cette décision annoncée pourrait être une source de beaucoup de problèmes pour les paisibles citoyens. Est-ce que ces mêmes agents ne vont pas profiter de cette situation pour sous-titrer de l’argent aux citoyens ? La question a tout son pesant d’or », nous-a-t-elle confiée.

De son côté, Mamadouba Keita accorde le bénéfice du doute quant à la mise en application correcte des injonctions du garde des Sceaux :

« La Guinée est un pays où les décisions sont prises incessamment sans qu’il n’y ait de suivi. Combien de décisions de ce genre ont été annoncées depuis que le CNRD (Comité national pour le rassemblement et le développement, ndlr) est au pouvoir ? Est-ce que les procureurs généraux pourront correctement faire ce travail sans qu’il n’y ait de l’injustice ? En tout cas, moi je reste pessimiste. La seule façon de lutter contre le vol d’électricité, c’est d’installer dans les ménages, administrations publiques, privées et mixtes, des compteurs prépayés. Et pour que cela soit effectif, EDG doit miser sur une série de manifestations permanentes », a-t-il suggéré.

Sélectionné pour vous :  Siguiri : un homme d'une quarantaine d'années se donne la mort par pendaison au quartier Siguirikoura l 

Bien qu’heureux, Amadou Oury Diallo laisse entendre que c’est un travail colossal que le ministre de la Justice vient de confier aux procureurs. Selon lui, les dirigeants qui se sont succédé à la tête d’EDG ont « manqué » de leadership : « C’est un problème qui ne date pas d’aujourd’hui. A ce que je sache, la Guinée ne manque de cadres qui puissent résoudre ce problème. Il suffit de voir comment ça se passe dans les pays voisins tels que la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal. Si ça ne va pas chez soi, mieux vaut imiter les autres pour pouvoir avancer. Plus de 100 milliards de francs guinéens comme perte par an, ce n’est pas une petite somme. Cet argent aurait servi à quelque chose d’important pour la population guinéenne. Je salue vraiment l’initiative du ministre Alphonse Charles Wright qu’il faut à tout prix encourager. Quant aux citoyens, je pense qu’ils doivent faire preuve de responsabilité vis-à-vis d’EDG. C’est un devoir pour chaque citoyen d’être dans les règles. Qui parle d’un État responsable doit parler aussi de citoyens responsables », a-t-il lancé.

Reste à savoir maintenant si les injonctions faites par le ministre de la Justice porteront fruits. En tout cas, les prochains jours et semaines nous édifieront.

 

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...