Sélectionné pour vous :  Retraite des membres du gouvernement Bah Oury : ce qu'en dit Marc Yombouno du RPG Arc-en-ciel

Interdiction d’exportation du riz et autres aliments : l’Union pour la défense des consommateurs dénonce la décision du ministère du Commerce

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction dans la soirée du lundi, 17 juillet 2023, le ministère guinéen du Commerce, de l’Industrie et des PME, a interdit l’exportation de certains aliments de grande consommation pour une période de six mois. Il s’agit notamment du riz, l’oignon, la pomme de terre, le maïs, la farine de manioc, le fonio, l’igname, le piment sec, le piment frais, l’aubergine, le gombo, la tomate fraiche, le taro, le manioc, la patate douce et de l’huile rouge.

l’Union pour la défense des consommateurs de Guinée ne partage pas le même avis que le ministère du Commerce, de l’Industrie et des PME dans la décision interdisant l’exportation de certains aliments de base durant 6 mois. Son président que nous avons interrogé ce mardi, 18 juillet 2023 pour la circonstance, dit que le ministère devrait plutôt s’atteler à réglementer le prix sur le marché. Pour M’bani Sidibé, c’est cela la grande préoccupation des consommateurs guinéens.

« Lorsque vous interdisez l’exportation des produits qui ne sont même pas presque disponibles, je pense que c’est un communiqué pour tromper l’opinion publique et des consommateurs », a-t-il déclaré à notre micro avant d’ajouter que cette décision peut engendrer de graves conséquences sur la vie des consommateurs.
« Il faut savoir que la Guinée est dans une situation d’intégration avec les autres pays. Il faut savoir que l’importation du riz continue. Et si vous voulez interdire l’exportation de votre riz dans les autres pays, vous devez pouvoir tenir compte de cette situation, pour savoir que si nous coupons, les autres pays peuvent nous couper aussi. Cela a une conséquence sur le consommateur parce qu’aujourd’hui, quand vous prenez la communauté économique des Etats de l’Afrique l’Ouest (CEDEAO), il y a la libre circulation des personnes et de leurs biens », a fait savoir M’bani Sidibé.

Sélectionné pour vous :  Dubreka : une mère en détresse demande l'aide du colonel Mamadi Doumbouya pour son fils paralysé suite à un coup de...

A l’en croire, la plus grande préoccupation des consommateurs guinéens à l’heure qu’il fait, tourne autour de la règlementation générale des prix.
« Parce que le ministère du commerce est en train de prouver à l’opinion et des consommateurs qu’il est incapable d’aller à la règlementation des prix. Et cela est une préoccupation à notre niveau. Nous on s’attendait que le ministère fasse un communiqué relatif à la réglementation globale des prix et à l’application de la loi portant règlementation générale de la concurrence et de la liberté des prix, pour amener tous les opérateurs, tous les industriels et tous les commerçants à faire respecter la loi en matière de fixation des prix. Aujourd’hui, nous sommes au regret de constater que le ministère du Commerce à travers ses services compétents, n’a même pas d’informations crédibles sur ce qu’on a appelé sur le marché », a-t-il regretté.
Pour terminer, M’bani Sidibé appelle les consommateurs à s’armer de courage pour faire face à la cherté de la vie face à un <<gouvernement qui fait la sourde oreille>>.

 

 

Cheick Fantamadi pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...