Sélectionné pour vous :  Examen d'entrée en 7eme année : le Premier ministre lance la première épreuve à Kaloum 

Jour du déferlement humain sur Conakry : « On demande à chacun d’occuper le rond-point le plus proche de lui »

C’est ce jeudi 18 janvier, 2024 que l’opération dénommée  »déferlement humain sur Conakry  », entre dans sa phase d’exécution. Pour la réussite de cette manifestation appelée par le syndicat des professionnels de la presse de Guinée, le secrétaire général du SPPG lance un appel pressant au peuple de Guinée.

Cet appel de Sékou Jamal Pendessa vise tous les citoyens épris de justice et de la bonne gouvernance en Guinée. Pour barrer la route à une volonté manifeste des autorités de faire taire les médias et toutes autres voix discordantes, le secrétaire général du SPPG demande à tout le monde de manifester au niveau des rond-points les plus proches.

« L’Etat ne s’est pas soucié à créer de l’emploi et il est en train de tuer le peu d’emploi qu’il a trouvé. Mieux vaut se battre que d’accepter l’inacceptable. S’il (l’Etat), arrive à nous battre, l’opinion saura que l’on s’est battu et l’histoire les classera dans le mauvais côté. Dans tous les cas, ils ne pourront plus, parce qu’on n’est plus seul. Maintenant, la presse est avec la société civile, avec le syndicat et avec le mouvement estudiantin. Cela veut dire que les étudiants et les lycéens vont rentrer dans le mouvement. Ce jeudi, on demande à tout le monde de sortir massivement, chacun doit occuper le rond-point le plus proche de lui. Chacun est proche d’un rond-point, donc ça ne sert à rien de vous déplacer à des grandes distances, parce qu’actuellement, on n’a du mal à payer même le transport. C’est ça la vérité », a-t-il martelé.

Sélectionné pour vous :  Cascade d'incendies à Conakry : "C’est une colère divine qui est en train de se déverser sur les Guinéens", selon Aboubacar Soumah 

Il faut rappeler que depuis environ deux mois en Guinée, les ondes de plusieurs radios sont brouillées et plusieurs télévisions sont retirées des bouquets Canal+ et Startimes. Ce, pour des raisons de sécurité nationale, selon le gouvernement.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...