Sélectionné pour vous :  Quand Ousmane Gaoual Diallo laisse éclater au grand jour sa méconnaissance profonde des finances publiques et du fonctionnement d’une administration (Souleymane Souza Konaté)

Kankan : 14 815 candidats affrontent le baccalauréat dans la région administrative

A l’image des autres localités du pays, le Baccalauréat unique session 2023 a démarré ce vendredi, 16 juin 2023 à Kankan. C’est le centre Marien Gouabi dans la Commune urbaine qui a servi de cadre au lancement de la première épreuve par le préfet, accompagné des autorités éducatives et militaires à tous les niveaux. Au nom du gouverneur Elhadj Aboubacar Diakité, Kandja Mara le préfet a tenu à prodiguer de sages conseils aux candidats :

« Travaillez avec conscience, travaillez avec abnégation et détermination, n’acceptez jamais qu’un défi soit lancé contre vous au point de vue copie ou fraude. C’est maintenant là que vous allez avoir la conscience, une conscience déguisée pour être un jour un bon cadre de notre pays. Sur ce, je bénis pour vous », a lancé Cheick Ahmed Tidjane Traoré.

Les délégués dudit centre au nombre de deux, sont d’ores et déjà vent debout contre les éventuels cas de fraude et promettent de passer à la vitesse supérieure, à l’instant où un surveillant sera appréhendé.

« S’il y a un cas de fraude avec les surveillants ou les candidats, on va les interpeller. Ça, c’est obligatoire. Même nous les délégués, quand il y a des problèmes chez nous, ils vont nous interpeller. Les enfants doivent être dans les normes, sans documents, sans téléphones. Toute sorte de fraude est prohibée et nous sommes là pour veiller », a fait savoir un des délégués.

Cependant, certains candidats sont droits dans leurs bottes et se disent prêts à en découdre avec les épreuves. C’est le cas d’Ibrahima Kanté :

 » Je suis prêt à affronter les épreuves parce que je me suis préparé pour ça, dès le début de l’année scolaire. »

Sélectionné pour vous :  Date de publication des résultats du Baccalauréat 2023: ces précisions importantes de Ansa Diawara, porte-parole du MEPU-A

En ce qui concerne l’utilisation des caméras de surveillance, l’inspecteur régional de l’éducation reste perplexe sur la question :

« Personne ne pourra vous dire que les caméras de surveillance ont été installées à tel ou tel endroit de l’examen d’entrée en 7ème jusqu’au Bac. Moi-même, je ne peux rien dire par rapport à leur utilisation, on a dit que c’est une expérience, ça veut dire que ça ne pourra pas être utilisé dans tous les centres. »

Cette année, 14 815 candidats dont 4 042 filles repartis dans 41 centres affrontent le Baccalauréat dans la région administrative de Kankan.

 

Kankan, Cheick Ahmed pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...