Sélectionné pour vous :  Boké: la première Dame de la République à l’Eglise Sacré Cœur pour la célébreration de l’Assomption

Kankan : la hache de guerre entre Karamo et le grand imam enterrée

C’est une affaire qui avait fait couler assez d’encre et de salive à Kankan. Il y a de cela quelques mois. a Ligue islamique régionale de Kankan avait pris une certaine sanction contre le président de l’association Nourdine Islam pour s’en être pris au leader religieux de Nabaya. Des sanctions qui n’ont pas été suivies et respectées par El Hadj Cheick Souleymane Sidibé. Et depuis, les tensions sont restées vives entre les deux parties. Dans l’après-midi de ce mardi, 9 juillet 2024, ces deux parties, à savoir le grand imam El Hadj Karamo Bangaly Kaba et El Hadj Cheick Souleymane Sidibé, ont été réconciliées grâce à une mission venue de Conakry.

Cette mission composée du ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et du ministre de la Culture, a profité de la mort du père du ministre Mory Condé qui est lui aussi membre, pour demander à ces deux respectueux religieux de mettre fin à cette guerre.

La rencontre, qui a réuni les deux grands griots Sékouba Kandja Kouyaté et Fodé Kouyaté, a eu lieu à la Villa Sily.

Au terme d’une longue rencontre à huis clos, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a pris la parole au nom du gouvernement. Pour Ibrahima Kalil Condé, El Hadj Karamo Bangaly Kaba qui est l’inspecteur régional des affaires religieuses de Kankan, mérite tous les honneurs.

« Dieu nous a aidés. Sur l’instruction de l’autorité, le général de corps d’armée, président de la République, chef de l’État, chef suprême des armées, le général Mamady Doumbouya, nous a demandé de prendre des dispositions pour que nos parents se réconcilient et cette réconciliation a eu lieu. Vous avez filmé, certains ont photographié la poignée de main entre les deux frères, le grand imam et El Hadj Solo. Par rapport à la réconciliation, ce n’est pas une réconciliation, nous avons demandé au fils de reconnaître que le grand imam est son père, et il l’a reconnu. C’était une mésentente seulement et nous avons demandé aux proches des deux El Hadj d’arrêter de créer la tension entre les fils du pays, surtout entre les deux frères, ces deux religieux. Ils nous ont compris, chacun d’eux est revenu à de bons sentiments. Vous avez vu, ils se sont salués, c’est pour dire à la population de Nabaya qu’il n’y a plus de tension à Kankan. Cette occasion nous a permis de désamorcer une crise. Le grand imam, c’est l’inspecteur régional des affaires religieuses qui mérite tous les honneurs et son fils l’a reconnu, Karamo Solo l’a reconnu. Alors c’est ce que nous pouvons dire, ce qui diront que ça ne va pas, ça va excellemment bien entre les frères».

Sélectionné pour vous :  Retrait des agréments des médias en Guinée : le gouvernement sort du silence et donne les raisons

À la suite de la communication du ministre, les deux concernés ont pris la parole pour adresser des messages aux citoyens afin de confirmer cette réconciliation. Comme le ministre Ibrahima Kalil Condé, El Hadj Karamo Bangaly Kaba est revenu sur l’importance de la réconciliation, qui est une recommandation du prophète Mohammed (paix et salut sur lui).

« La réconciliation, c’est ce que le prophète a promu. Un jour, il a demandé à ses adeptes : « Je peux vous recommander quelque chose dont la récompense est plus grande que la prière et le jeûne ? » Ces derniers ont demandé au prophète de leur recommander cette chose. Le prophète a dit que cette chose est la réconciliation des personnes. C’est ce que le ministre vient de faire. C’est ce que nous avons accepté».

Dans sa prise de parole, El Hadj Cheick Souleymane Sidibé n’a pas été long. « Ce que le grand imam a dit, il est de même pour nous tous », a-t-il laissé entendre.

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

611-30-36-09

Laisser une réponse
Share to...