Sélectionné pour vous :  Kankan : L’annonce de l’installation des délégations spéciales divise les acteurs sociopolitiques

Kankan : six (6) présumés bandits dont un militaire présentés à la presse

« Plus jamais, la population ne sera perturbée dans son sommeil ne va s’inquiéter quant à la sécurisation de ses biens ». C’est le nouveau défi que se sont fixées les forces de défense et de sécurité de kankan en collaboration avec les unités militaires déployées par le pouvoir central pour minimiser l’insécurité dans la région. Cela se confirme par de multiples présentations de présumés bandits que nous assistions ces derniers temps à kankan. Dans la journée de ce jeudi, 30 mai 2024, les forces de défense et de sécurité ont en présence du parquet de première instance et du préfet, procédé à la présentation de six présumés malfrats interpellés avec deux armes de guerre, des munitions et de fausses monnaies.

Ces présumés bandits dont l’identité n’est pas encore révélée, ont été interpellés dans les villes de kankan, Siguiri et N’zerekore, a-t-on appris.
« Nous vous présentons ces six individus qui ont été interpellés à savoir : à kankan deux personnes, à Siguiri deux personnes et à N’zerekore deux personnes qui sont respectivement, « Djiba Koita alias Navigator », Soldat deuxième classe Bangaly Bérété, Issa Kanté alias Magazine », Bangaly Condé, alias Papillon, Laye kanikouma Doumbouya alias Papa, et Moussa Konaté alias Bob. Ces personnes interpellées ont tous été mise à disposition de la brigade de recherches de kankan pour des fins d’enquêtes. Ces personnes mises en cause sont soupçonnées pour des faits d’association de malfaiteurs, de vol à main armée et complicité, détention et trafic d’armes de guerre et de fausses monnaies ».


La participation et complicité des militaires aux attaques à main armée à Kankan n’est plus secret pour personne. Après le premier cas qui serait le frère d’un ancien commandant de la région militaire de Kankan, c’est un autre homme en uniforme qui figurait parmi les malfrats présentés à la presse ce jeudi. Ce que déplore Marwane Baldé, procureur de la République près le tribunal de première instance de kankan et promet une sanction sévère contre les militaires qui se livrent à de telles pratiques.
« Un homme en uniforme, est sensé protéger la société, la population. Le fait de constater la présence d’un homme en uniforme entre guillemets militaire, dans une affaire d’infraction à la loi pénale est très très grave. Et je dois préciser que la répression à l’égard de ce militaire serait le triple de répression à l’égard d’un citoyen. C’est pour vous dire que l’organisation judiciaire en république de Guinée, le législateur pénal a institué des instruments juridiques de protection de garantie pour la protection de la population et leur bien à savoir le tribunal militaire qui est opérationnel en république notamment dans région kankan. Ces militaires ayant participé à ces infractions de vente ou des complicités à des infractions à la loi pénale notamment l’assassinat, seront traduit devant le tribunal militaire pour répondre de ces faits », a-t-il indiqué avant de se prononcer sur l’organisation du procès de ces personnes interpellées :

Sélectionné pour vous :  Hadjj 2023 : deux travailleurs de la Ligue islamique de Guinée jugés pour escroquerie au TPI de Dixinn 

« La justice comme son nom l’indique, est rendue au nom du peuple de Guinée. Il y a lieu de procéder à des enquêtes approfondies. Ces personnes qui sont traduites aujourd’hui devant la justice, disposent d’un droit à la défense. C’est un principe sacro-saint de la présomption d’innocence. C’est pour vous dire que les cabinets d’instruction sont à pied d’œuvre au tribunal de première instance de kankan. Ces personnes qui ont été présentées préalablement à la population de kankan sont placées sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de kankan pour des fins d’enquêtes. Lorsque le magistrat instructeur terminera les enquêtes judiciaires, ses procès verbaux feront objets d’une communication également à la population, ce seraient des procès publics comme la loi l’a exigé et la presse sera confié en fin que ce procès soit ténu de manière impartiale devant la population au nom de laquelle la justice guinéenne est rendue », a rassuré le procureur de la République près le tribunal de première instance de kankan.

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

611 30 36 09

Laisser une réponse
Share to...