Sélectionné pour vous :  Organisation du procès du 28 sept : Charles Wright crée un organe consultatif "pour éviter toute forme de détournement..."

Kindia: des enseignants contractuels organisent un sit-in devant la Mairie pour réclamer le paiement de 9 mois d’arriérés de salaire

Les enseignants contractuels de Kindia ont organisé un sit-in très tôt ce lundi, 18 septembre 2023 devant la commune urbaine de Kindia pour réclamer 9 mois d’arriérés de salaire et 12 mois de prime d’incitation.

Munis de pancartes sur lesquelles on pouvait lire « nos arriérés de salaire, nos primes d’incitation. Pas d’arriérés, pas de cours. A bas le concours, vive l’intégration des enseignants contractuels sans concours, sans condition », ces contractuels scandaient des propos hostiles au ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Interrogé sur les lieux par le correspondant régional de Siaminfos.com, Balamine Tolno, coordinateur régional des enseignants contractuels de Kindia est revenu sur le motif de leur sit-in.

« Nous sommes sortis ce matin pour exprimer notre désaccord avec l’État qui veut nous envoyer à l’abattoir. Nous avons fait 9 mois de cours sans salaire et aujourd’hui on veut nous soumettre à un concours. Pendant ce temps, ils n’ont pas encore payé nos arriérés. Donc ce matin, nous sommes là pour réclamer nos droits et nous rappelons à l’État que tant qu’il n’y a pas de salaire, il n’y aura pas d’ouverture. Et, nous avons signé un contrat d’un an donc c’est 12 mois la prime. C’est 1 million et 12 mois de prime d’incitation. Donc l’État doit payer à chaque enseignant contractuel qui se trouve au village 24 millions 400 000 gnf. Ceux qui sont dans les préfectures, 17 millions 200 000 francs guinéens. Ceux qui sont dans les régions 16 millions 200 000 gnf. Donc, s’ils veulent nous soumettre à un concours, qu’ils payent d’abord ces arriérés.

Sélectionné pour vous :  Aboubacar Camara rappelle le SPPG à l'ordre : "Ce n'est pas en prenant les cailloux...qu'on va trouver la solution"

Nous rappelons à Mory Condé et au Premier ministre qui disent qu’ils vont nous payer graduellement, qu’on ne veut pas qu’on nous paye graduellement puisque la loi est claire. Pour accéder à la fonction publique il faut passer par un concours. C’est vrai mais, si tu fais travailler quelqu’un, il faut lui payer son argent », a-t-il indiqué.

Poursuivant, le coordinateur régional des enseignants contractuels a demandé aux parents d’élèves de garder leurs enfants à la maison. Car selon lui, il n’y aura pas d’ouverture des classes tant que leurs arriérés de salaire ne sont pas payés.

 

Kindia, Sam Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...