Sélectionné pour vous :  Fermeture de la Mosquée Fayçal : la tension monte d’un cran chez les donateurs

Labé: 20 cas de viols sur mineures enregistrés dans la région entre janvier et octobre 2023

A seulement deux mois de la fin de l’année 2023, les services décentralisés à travers le pays s’activent pour révéler le bilan des activités réalisées. Dans la région administrative de Labé, notre correspondant est allé à la rencontre de l’Inspectrice régionale de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables pour parler des cas de viols enregistrés de janvier jusqu’au mois d’octobre 2023.

À en croire Dame Fatoumata Diakité, de nombreux cas de viols sur mineurs et de violences faites aux femmes ont été enregistrés dans sa juridiction.

« Depuis janvier jusqu’au mois d’octobre 2023, nous avons enregistré 24 cas de viols sur mineurs, un cas d’homosexualité vers Sannoun. Il y a aussi 8 cas de violences faites aux femmes et aux filles, un cas d’abandon de bébé et un cas d’infanticide. C’est dans la préfecture de Labé que nous avons enregistré cette année beaucoup de cas de violences et de viols. Pourtant, on souhaite que la préfecture de Labé puisse donner un exemple aux autres préfectures mais là, c’est l’inverse. Parce que c’est dans les autres préfectures de la région que le taux est revu à la baisse cette année. Parmi les présumés auteurs de ces faits dont je vous parle, certains sont détenus à la maison centrale de Labé. Certains ont été jugés et condamnés et d’autres sont en attente de leur jugement », a-t-elle indiqué.

Poursuivant, Dame Fatoumata Diakité a sollicité auprès de son ministère de tutelle, un changement d’approche pour inverser la tendance.

« Franchement, le ministère de la Promotion Féminine est en train de se battre. Mais en dépit des efforts fournis, jusqu’à présent, nous enregistrons des cas atroces que parfois nous avons même mal au cœur. Même si la région de Labé est épargnée, mais je peux vous dire qu’il est écœurant de constater certains faits sur les réseaux sociaux. A l’école aussi où on estime que les enfants sont en sécurité, est devenue presque un cauchemar pour d’autres filles. Donc, les violences ne font qu’augmenter du jour au lendemain malgré que nous faisons des sensibilisations et des renforcements de capacités », a-t-elle ajouté.

Sélectionné pour vous :  Situation déplorable des droits humains en Guinée : « Aujourd’hui, le CNRD fait pire que l’ancien régime » (Fabien Offner, Amnesty International)

 

Labé, Bachir Diallo pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...