Sélectionné pour vous :  Kindia : les premières épreuves du CEE lancées par le gouverneur de région 

Le ministre de l’Agriculture rencontre les aviculteurs et lève l’équivoque : « L’importation des poussins d’un jour n’est pas interdite, mais…»

Le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage a rencontré jeudi, 02 novembre 2023, les acteurs de la filière avicole en Guinée. C’était en présence du président de la Chambre Nationale d’Agriculture de Guinée (CNAG). Objectif, échanger autour de la crise qui mine ce secteur depuis quelques mois.

Dans un arrêté conjoint des ministres de l’Agriculture et de l’Elevage, du Budget et du Commerce rendu public le 29 mars 2022, le gouvernement annonçait l’interdiction de l’importation de poussins d’un jour en Guinée. Selon ledit communiqué, cette interdiction s’inscrivait dans le cadre de la riposte contre la grippe aviaire qui faisait des ravages en Guinée et dans certains pays voisins.

Bien que la fin de cette maladie de grippe aviaire ait été déclarée depuis plusieurs mois, la décision est restée toujours maintenue. L’argument avancé était de favoriser et promouvoir la production locale. Mais cette interdiction ne convient pas aux aviculteurs car selon eux, les poussins locaux ne sont pas de bonne qualité. Confrontés à d’énormes pertes, disent-ils, ces entrepreneurs ont saisi à plusieurs reprises le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage afin qu’il revienne sur sa décision.

A l’occasion de la rencontre qu’il a eue avec ces aviculteurs, le ministre Mamoudou Nagnalen Barry a tenu à lever l’équivoque sur la question de l’importation des poussins d’un jour qui a fait couler beaucoup d’ancre dans les médias locaux et internationaux, nous apprend la cellule de communication de la CNAG.

« L’importation des poussins d’un jour n’est pas interdite, cependant il y a une forte restriction pour éviter l’importation des maladies et promouvoir le contenu local. En tant que Ministère, on se doit de protéger tout le monde », a-t-il déclaré.

Sélectionné pour vous :  Kassory Fofana auditionné sous soins intensifs : « Nous avons constaté que son rythme cardiaque est entre 89 et 95 par minute » (avocat)

Selon la cellule de communication de la Chambre Nationale d’Agriculture de Guinée, le ministre a également invité tous les acteurs présents dans la salle à consentir des efforts mutuels pour protéger toute la chaîne de valeur, notamment les éleveurs, les fabricants d’aliments, les importateurs de poussins d’un jour ainsi que les revendeurs.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...