Sélectionné pour vous :  Bah Oury titille les facilitatrices du cadre de dialogue : « Nous n'avons pas besoin d’une courroie de transmission entre nous et les autorités de la transition »

Lola : 30 jeunes de corps de métier à l’école de la gestion financière simplifiée

La cohésion sociale transfrontalière entre la Guinée et la Côte d’Ivoire est au centre des préoccupations du gouvernement et ses partenaires. Dans la préfecture de Lola, 30 jeunes sont à l’école de la gestion financière simplifiée. C’est dans le cadre de la formation de 100 jeunes de corps de métier issus des localités frontalières avec la Côte d’Ivoire.

Pilotée par le cabinet YEMEC, cette formation devrait orienter les jeunes vers les activités génératrices de revenus afin de prévenir les risques de conflits, selon Sâa Albert Tolno, Expert-Facilitateur.

« Cette formation va contribuer à l’autonomisation des bénéficiaires mais aussi à promouvoir l’entrepreneuriat, la gestion efficace des entreprises, en plus, ça pourrait les retenir contre les risques de conflits qui pourraient advenir dans leurs localités.

Apprendre à mieux gérer leurs activités génératrices de revenus afin de minimiser les risques de conflits, c’est le but de cette formation des jeunes de différents corps de métier dans les préfectures frontalières avec la Côte d’Ivoire, à en croire Maurice Millimono, représentant des partenaires.

« Tu vas dire à quelqu’un, il ne faut pas faire ça mais, s’il a faim, est-ce qu’il va t’écouter ? Donc, il faut trouver des moyens pour qu’ils puissent se prendre en charge. Nous ne voulons pas qu’àprès ce projet, quand on passe qu’on ne trouve pas de traces. C’est pourquoi on commence par cette formation afin de mieux préparer les bénéficiaires », dit-il.

Coordonné par les autorités administratives et élus locaux des localités concernées, l’espoir est permis quant à la suite de ce projet.

« Nous voulons d’abord la paix, la quiétude sociale et l’autosuffisance alimentaire. Parce que c’est très important. Il ne suffit pas de donner de l’argent mais, s’il n’y a pas de formation, c’est voué à l’échec, » a martelé Walibi Niabaly, Secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de Lola.

Sélectionné pour vous :  Conakry : un jeune d'une trentaine d'années trouve la mort après avoir consommé la drogue kush à Matam

Conjointement exécutée par la FAO et l’OIM, cette initiative bénéficie de l’appui financier du Fonds de consolidation de la paix des Nations unies (PBF).

 

N’zérékoré, Lanceï Naboun pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...