Sélectionné pour vous :  Le DCE de Kaloum à propos de l'incendie au collège Château d'eau : "C'est très regrettable"

Manifestation des forces vives de Guinée le 5 septembre : ce qu’en dit Abdoul Sacko sur les motifs

Les Forces Vives de Guinée ont décidé de tenir tête à la junte au pouvoir le 5 septembre 2023, marquant l’an 2 de l’arrivée au pouvoir de colonel Mamadi Doumbouya et ses hommes. Elles comptent descendre dans la rue pour une manifestation de colère contre la façon dont la transition guinéenne est gérée par les militaires.

Dans un entretien accordé à notre rédaction ce mardi, 29 août 2023, le coordinateur du Forum des Forces Vives de Guinée a expliqué les motifs de cette reprise des manifestations de rue.

« Après tout l’espoir que le CNRD avait suscité chez un certain nombre de Guinéens avec des promesses allant dans le sens de la dépersonnalisation de l’État, de l’indépendance de la justice mais aussi du rassemblement des Guinéens, la question qu’il faille se poser aussi est celle de savoir qu’est-ce qui ne va pas ? Alors ce qui ne va pas, c’est que le CNRD n’a pas pu rassembler les Guinéens. Aujourd’hui, aucun Guinéen, aucun partenaire ne connait l’agenda réel du CNRD par rapport au retour à l’ordre constitutionnel. Ce qui ne va pas, c’est parce qu’aujourd’hui la justice est devenue une forme de justice des vainqueurs. Aujourd’hui, ce qui ne va pas, c’est que des Guinéens sont détenus à cause de leurs opinions. Ce qui ne va pas, c’est que le CNRD fait la moralisation de la gestion de la chose publique son cheval de bataille pour faire taire ceux qui ne l’acclament pas. Aucun véritable dialogue durant les 24 mois n’a eu lieu. Au regard de cela, il fallait que les Guinéens dans le respect des textes de loi se lèvent pour dire au CNRD: vous avez trahi, vous avez promis, vous n’avez pas respecté, nous voulons la transition autrement », déclare Abdoul Sacko avant de continuer:

Sélectionné pour vous :  « L'utilisation des réseaux sociaux, sans une dose de rationalité, n'est que ruine de notre société », dixit un cadre du MEPU-A

« Nous avons fait recours à toutes les voies possibles. Tout ce que nous pouvons, c’est de faire des propositions au CNRD. Tout ce que nous pouvons, c’est de mettre notre capacité intellectuelle, notre engagement citoyen à la disposition de la République, en prodiguant des conseils. Ce que nous pouvons, c’est demandé au CNRD acceptons dans notre diversité de dialoguer. Le CNRD à travers la charte, les lois de la République et les conventions, dit que chaque Guinéen à la liberté de dire quel est son regard de la gestion de la transition. Alors, nous ne pouvons que respecter ce pan de la loi qui nous permet de manifester de façon pacifique dans les règles de l’art pour dire que nous ne sommes pas contents de la gestion de la transition comme les autres le font à travers des manifestations de soutien », dit-il.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...