Sélectionné pour vous :  Sanctions de la CEDEAO contre le Niger: "Mais, ils vont sanctionner qui ?", S'interroge Dr Abdoulaye Diallo

Lutte contre les violences faites aux femmes en Guinée : « Il faut une grande sensibilisation, mais aussi éradiquer l’impunité » (Asmaou Diallo)

Depuis quelques jours maintenant, les femmes du monde entier ont déclenché les 16 jours d’activisme. Une initiative qui vise à lutter contre les violences basées sur le genre. À cette occasion, la présidente de l’Association des victimes, parents et amis des évènements du 28 septembre 2009 a fait une lecture des violences faites aux femmes et filles en République de Guinée.

Pour Asmaou Diallo, il est temps que les ministres de la Promotion féminine et de la Justice juxtaposent leurs efforts pour éradiquer ce phénomène qui, selon elle, est devenu récurrent dans notre société.

« Les violences faites aux femmes dans notre pays sont énormes. C’est quelque chose qu’il faudrait vraiment qu’on essaie d’arrêter. C’est le moment pour les ministères de l’Action sociale et de la Justice de se retrouver pour voir comment faire pour freiner cela parce que les femmes souffrent beaucoup dans ce pays. On attend beaucoup du ministère de l’Action sociale. Il faudrait que le ministère prenne son bâton de pélerin pour voir comment les femmes sont en train de vivre, les enfants parce que les femmes ont besoin d’être soutenues, d’être protégées parce que y a eu tellement de viols de mineures et même des bébés », déplore Asmaou Diallo, qui interpelle les autorités sur l’impunité de certains auteurs de viol.

« Il faut une grande sensibilisation, de la base au sommet pour qu’on sache que la femme doit être respectée et ne doit pas être violentée. Il faut aussi éradiquer l’impunité parce que y a eu des cas de viol qui n’ont pas été sanctionnés. Quand y a des cas, on essaie d’arranger à l’amiable alors que la victime est détruite. C’est ça le problème », a indiqué Asmaou Diallo dans la rubrique Invité du journal de la radio nationale.

Sélectionné pour vous :  Mamasta Camara 1ère au BEPC dans de la région de Kankan: "Je veux être comptable après les études"

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...