Sélectionné pour vous :  Labé : une mère de famille perd la vie dans un accident de la circulation au quartier Madina

Qui pour sauver le soldat Ousmane Gaoual ? Qui pour recadrer un porte-parole électron libre ? (Par Fodé Mohamed Soumah)

Ousmane Diallo a fait une sortie au vitriol en des termes diplomatiquement inappropriés, contre le Sous-Secrétaire d’État américain, Michael Heath.

Son sens de la souveraineté, semble répondre à une forme d’ingérence ou de diktats.

Il glisse même sur les droits de l’homme et la peine de mort.

Il déplace le problème sans savoir que la vérité sur TikTok est une affaire de contrôle des données, d’espionnage et de manipulation. Mais, pas une restriction des libertés individuelles.

Ce qu’il ne dit pas, c’est comment travaillent le gouvernement, l’administration, les institutions… ? VPN est-il devenu la norme ?

Qu’est-ce qui explique le tollé dans la Cité, avec la conséquence immédiate d’emplois perdus et d’opportunités battues en brèche ? Qu’est-ce qui justifie encore la poursuite de cette restriction contreproductive ?

Au-delà du désagrément causé à l’internaute lambda et pendant que le monde est interconnecté, l’internet est devenu une obligation plus qu’un droit. Il est même gratuit dans certaines villes africaines.

Dans mon entendement, la menace de la sécurité intérieure, c’est Kaloum qui pleure et panse ses plaies.

Le début des délestages qui risquent de s’accentuer après la CAN. L’envolée des prix à la consommation. La furie liée à l’installation des délégations spéciales. Une éventuelle crise du carburant et l’augmentation du prix qui pourraient entraîner des conséquences désastreuses. Une justice à géométrie variable…

Il s’agit de passer aux choses sérieuses et d’ouvrir les yeux sur la misère palpable.

L’explosion du dépôt de carburant n’explique pas à elle seule cette descente aux enfers.

Qui pour sauver le soldat Gaoual ? Qui pour recadrer un porte-parole électron libre ?

Sélectionné pour vous :  Match Guinée-Ouganda : "Il faut absolument prendre les trois points pour aller affronter le Botswana le 21" ( Kaba Diawara)

Enfin, mes vives félicitations à nos joueurs. À présent, il est de la responsabilité des autorités du moment d’arracher l’organisation de la CAN 2030. Un projet en solo sur 5 ans ou en co-organisation. Ce défi commence ici et maintenant.

 

Fodé Mohamed Soumah

Président de la GéCi

Laisser une réponse
Share to...