Sélectionné pour vous :  Liste des 23 joueurs convoqués par Kaba Diawara : Ce qu'en dit le consultant sportif, Thierno Saïdou Diakité

PM Bah Oury à Kankan: « Nous voulons que la presse accompagne les fondamentaux d’un réel changement en Guinée »

Après la préfecture de Siguiri, le Premier ministre Amadou Oury Bah a foulé la terre de Nabaya pour la première fois depuis sa nomination à la tête du gouvernement de la transition. Accompagné des autorités locales, Bah Oury a entamé sa visite à Kankan en rencontrant la notabilité, où il a échangé pendant quelques minutes avec les sages. Juste après sa rencontre avec les notables de Nabaya, le PM a accordé une courte interview aux journalistes locaux mobilisés pour l’occasion.

Bien que le Premier ministre n’ait rien révélé sur les motifs de sa présence dans la région de la Haute Guinée, il a tout de même pris un peu de son temps pour véhiculer un message fort à l’endroit de la presse, qui traverse le pire moment de son existence en République de Guinée.

Pour Amadou Oury Bah, la République de Guinée a besoin d’une presse qui accompagne les fondamentaux d’un réel changement.

« Vous savez que la presse est le reflet d’une société. Et, il est bon que la société suive des voies qui puissent conforter la vertu, la loyauté vis-à-vis des valeurs de la République, l’unité et la cohésion dans sa globalité. Tout cela ne peut se réaliser que dans la vérité, rien que dans la vérité. Donc, il est très important que la presse mette en avant ce que sont les fondamentaux de la vérité, de l’honnêteté, de la loyauté vis-à-vis des valeurs de la République. Il y a une place pour une presse innovante, intelligente, qui puisse permettre au pays d’évoluer dans un sens où des débats d’idées constructives ont lieu, et non des débats d’idées destructives. L’espace médiatique en Guinée doit évoluer vers tout ce qui peut conforter un débat constructif, susceptible de rassembler, de permettre à chaque citoyen de mieux comprendre les réalités du monde d’aujourd’hui et d’avoir de l’empathie vis-à-vis des plus faibles. C’est ce dont le pays a besoin aujourd’hui. Nous n’avons pas besoin d’injures, nous n’avons pas besoin d’aspects qui flattent l’orgueil, nous voulons que la presse accompagne les fondamentaux d’un réel changement en République de Guinée », a expliqué Amadou Oury Bah.

Sélectionné pour vous :  Incendie au ministère de la Culture : le bureau du ministre et plusieurs autres touchés par les flammes 

 

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

 

611 30 36 09

Laisser une réponse
Share to...