Sélectionné pour vous :  Plainte de l'ex ministre Alphonse Charles Wright : la HAC sanctionne sévèrement le journaliste Babila Keita

Réception et gestion des corps après le massacre du 28 septembre : Ce témoignage du professeur Hassane Bah, médecin légiste à l’époque 

Le procès du massacre du 28 septembre 2009 se poursuit ce lundi, 22 janvier 2024 devant le Tribunal criminel de Dixinn délocalisé. A l’audience du jour, c’est Professeur Hassane Bah, chef service de la médecine légale au moment des faits qui a livré son témoignage.

Dans sa narration, le médecin légiste a tout d’abord expliqué comment il a reçu les corps des manifestants tués au Stade du 28 septembre.

« Le 28 septembre (2009) aux environs de 18 heures, j’ai reçu un appel d’un médecin militaire en fonction aux services de santé des armées. Il m’a dit ceci : docteur, la hiérarchie militaire me charge de vous dire d’aller à la morgue de l’hôpital Ignace Deen, de recevoir les corps des personnes décédées ce matin au stade du 28 septembre et de les mettre à la chambre froide. Dès que j’ai reçu cet appel, je me suis déplacé, j’habite la banlieue de Conakry, pour arriver à Ignace Deen j’ai fait à peu près 30 à 45 minutes. Je suis arrivé à Ignace Deen aux environs de 19 heures. Dans l’arrière cour de la morgue pour ceux qui connaissent l’hôpital Ignace Deen qui fait face à la mer, j’ai trouvé des collègues médecins militaires. Ils étaient tous en tenue, ils travaillent aux services de santé des armées. Il (le médecin militaire qui l’a appelé) me dit: Docteur il y a eu morts d’hommes ce matin, c’est pour cette raison que vous allez vous occuper de la réception de ces corps », a-t-il laissé entendre avant de poursuivre:

« Pendant que nous étions arrêtés dans l’arrière cour de la morgue. nous avons reçu le premier camion militaire. À son bord, il y avait 21 corps accompagnés par des hommes en tenue. Ils ont commencé à descendre les corps et entre temps j’ai demandé aux préposés de la morgue, aux étudiants en médecine qui étaient en stage et à tout le personnel de mettre un dispositif en scène pour pouvoir recevoir les corps et les envoyer dans la chambre froide. Après avoir reçu ces 21 corps, je rappelle que la morgue d’Ignace Deen a une capacité de dix corps et c’est une morgue qui reçoit les décès hospitaliers et extra-hospitaliers. Donc, au moment où ces corps sont arrivés, il y’avait naturellement d’autres corps qui étaient déjà dans la chambre froide. Il fallait faire un réamenagement pour pouvoir loger ces corps qui viennent d’arriver. Quelques minutes après, il y’a eu un deuxième camion qui avait à son bord 7 corps. Et toute suite, j’ai informé les collègues militaires pour leur dire que j’aurai un problème de place pour une capacité de dix corps j’ai déjà 28 plus les corps qui étaient là, ça me pose un problème. J’ai essayé avec les préposés de la morgue de faire un réamenagement pour encore recevoir les corps. Pendant que je faisais cet aménagement pour recevoir les corps, il y’a eu un troisième camion qui a déposé 15 corps ce qui fait un total de 43 corps. 43 corps dans un espace de 10 places c’est très difficile pour ne pas dire impossible. J’ai aussitôt réquisitionné la morgue de Donka pour leur dire d’envoyer quelques là-bas. Et nous avons retourné quelques corps à la morgue de l’hôpital Donka et avec les décès qui ont suivi parce qu’il y a eu d’autres personnes hospitalisées dans les services de l’hôpital Donka qui sont décédés les jours suivants. On a eu un total de 34 corps logés à la morgue de Donka et 24 corps à l’hôpital Ignace Deen. Alors 43 corps déposés par des militaires, on a eu 6 corps décédés aux services des urgences médico-chirurgicales de Donka. Un (1) qui est décédé en chirurgie générale, un autre malade en chirurgie thoracique et un corps déposé par les sapeurs pompiers ça c’était au lendemain des événements du 28 septembre. À J3 (troisième journée après les événements), nous avons eu deux corps déposés par le CICR, deux corps déposés par le service de la neurosciences. Donc, on a eu à J2 56 corps. À J3, un corps a été déposé par le service de neurochirurgie donc on a eu 57 corps et à J5 un autre décès au service de neurochirurgie ce qui fait 58 corps. Ce sont les 58 corps qui ont été reçus et gérés dans les deux morgues de l’hôpital Ignace Deen et Donka », a-t-il déclaré.

Sélectionné pour vous :  Vers l'organisation des élections par le MATD ? : « Nous refusons catégoriquement qu’on nous impose quoique ce soit », prévient Aliou Bah

Après avoir reçu ces 58 corps, indique le professeur Hassane Bah, « le premier problème c’est comment loger 58 corps avec une capacité de 10 à Ignace Deen et plus ou moins 14 à Donka, on avait une chambre froide de dix plus une petite chambre de 4. Alors à Ignace Deen et à Donka, c’est le service de médecine légale qui a géré les corps. Nous avons mis en place un protocole et nous avons essayé dans un premier temps de mettre les corps deux à deux en fonction de la corpulence des corps ce qui fut fait à Ignace Deen et à Donka. On a libéré le plus vite les décès hospitaliers. Il fallait informer les familles qui avaient des parents décédés des suites de maladies hospitalisées, on les invite à venir chercher les corps pour avoir de l’espace. Malgré ces dispositions, il restait des corps qui n’ont pas de places. Il fallait les mettre alors sur les paillasses, c’est là où on fait les toilettes funèbres. Les corps qui ont été déposés sur les paillassons ont été préparés, embaumés avec formol pour naturellement retarder la putréfaction », a expliqué le médecin légiste.

Dans sa déposition, le professeur Hassane Bah a souligné que 31 corps sur les 58 avaient été identifiés et restitués à leurs familles respectives. Quant aux 27 corps restants non identifiés, il a indiqué qu’ils ont été inhumés par la Croix rouge.

Par ailleurs, le Chef service de la médecine légale précise qu’il n’a pas pu faire l’autopsie de ces corps parce qu’il n’avait pas été requis à cet effet par le procureur de la république, malgré qu’il dit avoir fait cette proposition.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...