Sélectionné pour vous :  Croisade contre la vente illicite de médicaments : plusieurs commerçants jugés à la CRIEF

Récurrence des cas d’accidents en Guinée : Balla Moussa Konaté, ingénieur en ponts et chaussées explique des raisons 

Depuis un bon moment, des accidents de la circulation se multiplient sur les différentes routes nationales du pays. Le récent cas est celui survenu mercredi, 24 avril 2024 à Tékoulo, dans la préfecture de Macenta dont le bilan provisoire fait 15 morts et une dizaine de blessés graves. Un fléau qui agace certains citoyens. Parmi eux, Balla Moussa Konaté, ingénieur de ponts et chaussées.

Dans une entrevue réalisée par notre reporter, l’ingénieur a énuméré quelques causes de ces multiples cas d’accidents, qui continuent à endeuiller des familles au quotidien .

« Nous n’avons pas encore fait une prise de conscience effective. Je parle des usagers de la route, et d’une manière générale, la population. Et réellement, en termes de patrimoine, nous n’avons pas de patrimoine en termes de lutte contre les accidents de la route. Je fais allusion à toutes les stratégies efficientes, durables que nous devons avoir. Cela commence d’abord par la culture de la sécurité routière au sein même de la population. Que notre mode de vie tienne compte effectivement de tout ce qu’il y a comme bon comportement en vers nous », indique Balla Moussa Konaté avant de poursuivre :

« La problématique de la sécurité routière, c’est l’homme qui a démissionné. C’est l’homme conducteur, l’homme usager de la route, même les piétons qui ne font pas grand-chose. Si la route est mauvaise, si la route est mal construite, si l’homme sait gérer les circonstances peut éviter les désagréments, et on peut éviter ces accidents de la route », a dit Balla Moussa Konaté.

Notre interlocuteur a saisi l’opportunité pour préconiser quelques pistes de solutions pour limiter ces accidents de la circulation.

Sélectionné pour vous :  Guinée : le procès du 28 septembre, fête son un an jour pour jour… (Par Louis De Funès Diallo)

« La semaine nationale de la sécurité routière qu’on on a organisée au mois de novembre devrait être ramenée au début du mois de mai pour que les accidents de la route soient mieux combattus au moment où les routes présentent le mauvais visage qui est la saison des pluies. L’AGUIGEUR doit choisir cette période pour poser tous les problèmes afin de trouver des solutions. Parmi les mesures, aller dans les gares routière, installer des agents pour constamment conseiller pour que les conducteurs et passagers soient tous informés afin d’éviter les accidents. Il faudrait que d’une manière générale, que la formation et le perfectionnement soient constants en matière de lutte contre les accidents de la route. Mais plusieurs fois, sur la route de Coyah jusqu’à Mamou, on a vu que c’est l’excès de vitesse. On a vu que c’est les virages dangereux, on a vu que ce sont les dépassements défectueux qui sont les causes des accidents de la circulation », martèle l’ingénieur des ponts et chaussées.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...