Sélectionné pour vous :  Dr Bano Barry, sociologue : « Si on veut réconcilier en Guinée, on doit réconcilier le Guinéen avec son État »

Retour à l’ordre constitutionnel en Guinée: « Il est temps que nous arrêtions cette gouvernance » (Mohamed Cissé)

Selon l’accord signé avec la CEDEAO, les militaires au pouvoir en Guinée doivent céder le pouvoir à un régime civil fin décembre 2024. Déjà, de nombreux acteurs sociopolitiques se mettent en ordre de bataille pour faire respecter ce délai, même si le premier ministre a dit à qui veut l’entendre que le glissement est inévitable, à l’allure où vont les choses.

Pour le président du parti la Nouvelle Guinée (ANG), il est hors de question que le Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) aille au-delà du délai signé avec la CEDEAO.  Et pour écourter la gestion de ces derniers, il demande l’Union de la classe politique guinéenne.

Lors d’une rencontre ténue mardi, 28 mai 2024, Mohamed Cissé a envoyé un message à ses pairs sur la portée de l’Union sacrée de la classe politique pour contrecarrer le CNRD dans l’ambition qu’on lui prête de se maintenir au pouvoir.

« L’union sacrée de la classe politique, c’est pas aujourd’hui une option, c’est une obligation qui s’impose à nous. Aujourd’hui, on ne peut plus être dans les considérations. Quand nous voyons ce qui se passe autour de nous, il y a le Tchad qui a donné carte blanche au président de la transition. Le Burkina Faso qui est de l’espace CEDEAO, un jeune qui avait promis depuis le début de la transition que tout ce qui avait été convenu avec celui qu’il a renversé, qu’il allait respecter l’engagement de ce dernier vis-à-vis de la CEDEAO.  Aujourd’hui, il a retourné sa veste, il y a une transition de 5 ans, c’est pratiquement un mandat. Si nous voyons tout ça autour de nous aujourd’hui, je pense que la classe politique et la société civile, il est important et indispensable, voire même impératif qu’on se retrouve, discute et que nous exigeons du CNRD l’organisation des élections. Personne ne s’attendait à la gouvernance que nous avons actuellement. Il est temps que nous arrêtions cette gouvernance. Si toutefois le CNRD n’organise pas les élections d’ici le 31 décembre 2024, il va s’en dire que la classe politique va se retrouver avec la société civile pour mettre en place un gouvernement purement civil et nous aurons un président civil qui ne participera pas aux élections »,  a-t-il prévenu.

Sélectionné pour vous :  Évacuation sanitaire de Kassory : « Il n'appartient pas au procureur de décider de la liberté d'une personne qui est arrêtée », tranche Alseny Sall de l'OGDH

 

Ibrahima CAMARA pour Siaminfos.com

 

622 75 03 32

Laisser une réponse
Share to...